Actualités

Fortune

Pérennité des grandes fortunes européennes

Fundsmagazine.fr - 28 avril 2014

Société Générale Private Banking et Forbes Insights ont publié une étude sur l’évolution de la création de richesse et de la longévité des fortunes européennes au cours des vingt-cinq dernières années : «Les raisons de la pérennité des grandes fortunes en Europe». En vingt-cinq ans, la part de l’Europe parmi les grandes fortunes mondiales est passée de 27 % à 29 %. Le patrimoine accumulé de ces grandes fortunes représente aujourd’hui 30 % de celui des grandes fortunes mondiales, contre 24 % il y a vingt-cinq ans. Parmi les fortunes figurant dans la liste des milliardaires éditée par Forbes sur les vingt-cinq dernières années, c’est l’Europe qui présente le taux de longévité le plus élevé, soit 78 %, suivie des Etats-Unis avec 73 %. Pour la plupart, les fortunes européennes les plus anciennes sont généralement détenues ou contrôlées par les membres des familles pour 67 % d’entre elles, et majoritairement administrées ou gérées par la troisième ou la quatrième génération pour 52 %.Le premier secteur d’activité de ces fortunes est pour 30 % d’entre elles celui de la grande distribution.

Elles reposent le plus souvent sur des marques à forte notoriété et disposent d’un statut de pionnières dans leur domaine à l’échelle mondiale.L’Europe émergente représente 42 % des premières fortunes d’Europe (en nombre) et 39 % du patrimoine détenu par les particuliers les plus riches d’Europe (en montant) ; la majorité de ces fortunes est détenue par des citoyens russes (27 %) et turcs (11 %).En 2002, l’Allemagne était deuxième au classement du nombre de milliardaires par pays, après les Etats-Unis. La Russie l’a supplantée en 2008, avant d’être dépassée à son tour par la Chine.Au cours des deux dernières années, l’Europe a vu naître 26 % des nouvelles fortunes mondiales, derrière le continent américain (35 %) et la zone Asie-Pacifique (34 %). L’étude réalisée par Société Générale Private Banking et Forbes Insights souligne que les fortunes récentes sont plus souvent nées en Europe occidentale, et pas forcément en Europe émergente.