Actualités

Stratégies d'investissement

Selon BlackRock, les assureurs confirment leur intérêt pour les marchés privés

19 octobre 2016 - fundsmagazine.fr

BlackRock a publié, fin septembre, la cinquième édition de l’enquête mondiale annuelle sur l’assurance menée par The Economist Intelligence Unit auprès de 315 responsables du secteur. Cette dernière publication révèle que 8 % des répondants seulement prévoient de réduire leur exposition au risque, tandis que 47 % envisagent une augmentation et que 46 % souhaitent maintenir un niveau similaire sur les douze à vingt-quatre prochains mois. Ces résultats soulignent un niveau de prudence légèrement plus élevé qu’en 2015, alors que 57 % des assureurs dans le monde prévoyaient de s’exposer davantage au risque, tandis que 38 % visaient à maintenir un niveau stable. «L’environnement d’investissement mondial est toujours très délicat pour les assureurs. Bien que l’appétit pour le risque ait globalement légèrement diminué depuis l’année dernière, les assureurs prennent beaucoup plus de risques que dans le passé, à mesure qu’ils élargissent leurs horizons pour trouver de nouvelles sources de rendement et de revenus», précise Patrick M. Liedtke, responsable du département gestion d’actifs Assurance de BlackRock en Europe. 

La faiblesse de la croissance mondiale a été l’un des sujets de préoccupation phares des enquêtes précédentes puisque, depuis 2014, environ 50 % des répondants considèrent ce problème comme l’un des plus menaçants vis-à-vis de leur stratégie d’investissement. Le risque géopolitique est invoqué cette année par 51 % des assureurs comme l’un des plus sérieux affectant les stratégies, contre 25 % en 2014. La faiblesse prolongée des taux d’intérêt a, quant à elle, été désignée comme le risque de marché le plus important par 59 % des répondants, suivie de près par la volatilité des prix des actifs (57 %).

La volonté des assureurs de s’exposer davantage au risque contraste avec la proportion élevée de répondants qui prévoient d’augmenter leur allocation aux liquidités et aux emprunts d’Etat : 50 % des assureurs affirment vouloir renforcer leurs détentions de liquidités au cours des prochains mois, contre 36 % l’année dernière, alors que 47 % d’entre eux estiment toujours augmenter leur allocation aux emprunts d’Etat, qui est ainsi la classe d’actifs obligataire la plus citée de cette enquête. Cela met en exergue une tendance à prendre des risques de manière sélective sur différentes classes d’actifs.

Enfin, le rapport souligne une forte volonté de renforcer l’allocation aux marchés privés : 53 % des assureurs ont l’intention d’accentuer leur exposition aux prêts hypothécaires commerciaux, contre 38 % l’année dernière. Du côté des titres immobiliers commerciaux, 48 % prévoient une augmentation de leur allocation, alors qu’ils étaient 30 % en 2015. Toutefois, les assureurs ont évoqué plusieurs barrières les empêchant de concrétiser pleinement leurs ambitions sur les marchés privés. Elles se rattachent principalement aux charges de capital ou encore à l’efficacité du capital, qui est citée par 46 % des interrogés.