Actualités

Actions américaines

Un marché à délaisser ?

20 juillet 2017 - optionfinance.fr

Les investisseurs sont actuellement unanimes concernant les actions américaines : il faut les sous-pondérer dans l’allocation d’actifs. Leur potentiel semble en effet moins élevé par rapport aux autres marchés actions, au regard notamment des niveaux de valorisation déjà atteints. «Le price earning ratio des actions américaines sur le S&P 500 s’élève à 17,7 fois les résultats des douze prochains mois, soit un niveau très élevé et supérieur à sa moyenne historique autour de 14 fois», reconnaît Hubert Goyé, président et responsable des investissements de Graphene Investments qui vient d’ailleurs de lancer début juillet son premier fonds sur les actions américaines.

Pour autant, les professionnels de ce marché n’anticipent pas un phénomène de bulle. «La Bourse américaine est certes chère, mais sa hausse a été progressive et ne traduit pas une euphorie de la part des investisseurs, constate Olivier Plaisant, directeur de la gestion des actions d’Ecofi Investissements. Nous pensons donc qu’il faut rester positionnés sur cette classe d’actifs.» Après un gain de 12 % en 2016, le S&P 500 a encore progressé de plus de 9 % depuis le début de l’année et pourrait donc encore offrir des perspectives de gains.

Pour dégager de la valeur sur ce marché, les gérants se positionnent néanmoins surtout sur les valeurs de croissance «Nous parvenons encore à détecter des titres dont les niveaux de valorisation sont justifiés par une croissance robuste», précise Olivier Plaisant. Ils misent ainsi sur les secteurs de la santé, des technologies ou encore de la consommation. Certains gérants se positionnent également sur des secteurs pouvant bénéficier de l’évolution de la politique monétaire. «La remontée des taux aux Etats-Unis est favorable aux valeurs bancaires, souligne Hubert Goyé. Nous jouons donc actuellement ce thème à travers des valeurs peu connues en Europe, comme SVB Financial ou Citizens Financial Group.» En revanche, ils délaissent les valeurs plus cycliques, comme l’immobilier ou la construction.