Actualités

CGPI

Un moral au beau fixe ?

16 septembre 2014 - funds.fr

Le moral est reparti à la hausse et la profession se porte bien ! C’est ce qui ressort du Baromètre 2014 du marché des CGPI et de leurs clients dévoilé par BNP Paribas Cardif. L’enquête a été menée par TNS Sofres auprès de 502 CGPI et plus de 800 clients et prospects détenant un patrimoine financier de 75 000 euros et plus. «81 % des sondés estiment que la profession se porte bien. Il faut remonter à 2009 pour retrouver un chiffre équivalent», indique Jean-Christophe Boccon-Gibod, responsable du développement commercial du réseau Cardif et partenaires. Entre 2012 et 2013, la collecte moyenne par cabinet est passée de 2,5 à 3 millions d’euros. Autre résultat satisfaisant : les clients interrogés se sentent bien conseillés (81 %) et ont, à 90 %, une bonne image des CGPI. Pour autant, lorsqu’on sonde les prospects, la moitié d’entre eux déclarent ne pas connaître les CGPI. Ils sont 43 % à avoir des doutes sur la pérennité des cabinets. Les CGPI ont donc tout intérêt à investir pour mieux se faire connaître et améliorer leur image auprès des prospects alors que leurs clients, eux, sont plutôt satisfaits des conseils dispensés et de la bonne adéquation entre les produits proposés par leur conseiller et leurs besoins. 

D’après l’étude, les clients des CGPI ont plutôt une bonne connaissance en matière de placements et acceptent une part de risque plus importante que les non-clients. Cette clientèle avertie a un patrimoine plus diversifié et recherche prioritairement des conseils en matière de placements défiscalisants. Le Baromètre montre également une évolution du comportement des clients des CGPI plus en recherche de conseils et moins dans la recherche de sécurité dans leurs placements : 33 % des clients sont en recherche de sécurité contre 43 % un an auparavant !

Si le moral des CGPI semble être au beau fixe, les perspectives à cinq ans restent prudentes. L’adaptation à la réglementation reste leur principal défi, loin devant la nécessité de trouver de nouveaux clients ou de leur faire accepter la facturation d’honoraires.