Actualités

ETF

Une année 2016 sous le signe du smart beta

06 janvier 2017 - optionfinance.fr

Si la collecte mondiale sur les ETF (exchange traded fund) a atteint un nouveau record en 2016, elle a aussi été tirée par une demande exacerbée pour les produits dits «smart beta», c’est-à-dire ceux répliquant la performance d’indices reposant sur d’autres critères que la seule capitalisation boursière. Selon ETF GI, les ETF actions smart beta ont atteint un record d’encours à 497 milliards de dollars à fin novembre 2016, soit une progression de 18 % en un an. Si ces produits se diffusent rapidement sur les marchés nord-américains, ils séduisent de plus en plus la clientèle institutionnelle française. «Les encours des ETF smart beta en Europe progressent rapidement avec un taux de croissance annuelle de 68 % sur les dix dernières années, confirme Houda Ennebati, responsable de la gestion passive chez Deutsche Asset Management. Nous avons même lancé l’an passé des ETF obligataires sous format smart beta. Ce type de fonds, que nous avons conçu en réplication physique, permet de réduire les risques sur les marchés obligataires corporates et souverains.»

Constatant également une plus forte demande pour le format de réplication physique des indices, le fournisseur d’ETF, avec 52 milliards d’euros d’encours sous gestion, a converti en trois ans plus de 50 fonds indiciels cotés db X-trackers actions et obligataires qui sont passés d’une réplication synthétique (utilisant un swap) vers une réplication physique (avec la détention en direct de titres) et devrait poursuivre sa démarche en 2017.