Allocation

Parole d'expert - Daniel Ung, stratégiste actions chez SPDR ETF

«Dans des marchés plus volatils, les actions à dividendes peuvent apporter une protection au portefeuille»

Option Finance - 16 avril 2018 - Communiqué

ETF, Actions, State Street Global Advisors France

Pour Daniel Ung, stratégiste actions chez SPDR ETF, la marque ETF de State Street Global Advisors, investir dans les actions à dividendes en se basant uniquement sur leur rendement facial ne suffit pas. Il est également indispensable de vérifier la régularité dans le temps de la politique de versement.

Daniel Ung, stratégiste actions chez SPDR ETF, la marque ETF de State Street Global Advisors

Quelles précautions faut-il prendre pour investir dans les actions à dividendes ?
Dans un contexte de taux d’intérêt bas, de nombreux investisseurs ont cherché de nouvelles sources de rendement. Ils se sont notamment tournés vers les actions offrant un rendement sur dividendes élevé. Toutefois, cette approche ne prend pas forcément en compte la qualité des fondamentaux de l’entreprise. A terme, cela peut donner lieu à un portefeuille avec une très forte concentration dans des titres avec de faibles fondamentaux, qui peuvent être une source majeure de volatilité.

Cette approche centrée uniquement sur le rendement va à l’encontre de notre philosophie. En effet, grâce à leurs caractéristiques défensives, les stratégies centrées sur les dividendes devraient abriter partiellement les investisseurs des corrections du marché boursier. Nous considérons qu’il est indispensable de combiner deux dimensions. La première repose sur le rendement sur dividende offert par l’action. La seconde, plus qualitative, est basée sur la qualité fondamentale de ces entreprises. Cette philosophie est celle de Benjamin Graham, dont le plus célèbre élève est l’investisseur légendaire Warren Buffett. L’une des épreuves de qualité les plus robustes suggérée dans son ouvrage, «The Intelligent Investor», est le paiement ininterrompu de dividendes sur une longue période. D’autres critères peuvent également être pris en compte comme le taux de distribution maximale par exemple.

L’objectif de cette approche est double. D’une part, elle permet d’identifier des entreprises stables capables de maintenir ou d’améliorer leur rendement sur le long terme. D’autre part, la prise en compte d’un dividende élevé permet un certain rééquilibrage des caractéristiques du couple rendement-risque qui sont la source de performance sur un long horizon d’investissement.

Pourquoi investir dans cette classe d’actifs ?
Elle permet de répondre à plusieurs objectifs. Bien évidemment, les actions à dividendes sont une source de rendement, grâce au coupon versé en espèces. Par ailleurs, en adoptant une approche plus défensive comme la nôtre, qui prend aussi en compte l’historique en matière de dividendes, elles peuvent également apporter une protection au portefeuille lorsque le sentiment de marché change et que la volatilité augmente.

Nous estimons de ce fait qu’elles ne constituent pas seulement un investissement tactique ou opportuniste, mais qu’elles ont au contraire bien leur place au cœur de l’allocation d’un portefeuille d’horizon long terme.

Est-ce cette démarche que suit votre gamme d’ETF SPDR Dividend Aristocrats ?
C’est effectivement le cas. SPDR est un des premiers gérants d’actifs à avoir proposé cette approche. Aujourd’hui, SPDR dispose de toute une gamme d’ETF avec différentes expositions géographiques qui offre la possibilité aux investisseurs de choisir de façon précise leurs vues.

Par exemple, dans le cadre du SPDR S&P Euro Dividend Aristocrats UCITS ETF, les entreprises retenues doivent afficher une croissance ininterrompue de leurs dividendes sur une période consécutive de dix années. L’indice est bien diversifié, tant d’un point de vue sectoriel que géographique, ce qui limite les risques pour l’investisseur. Par ailleurs, sa composition est revue semestriellement afin d’en faire sortir les titres pour lesquels le critère de régularité du versement du dividende ne serait plus respecté.

Pouvez-vous donner des exemples de «bons élèves» ?
On retrouve, parmi les principales composantes de l’indice, des sociétés comme Hera – un groupe italien qui intervient dans les domaines de la distribution de l’eau et du gaz et dans la gestion des déchets – mais aussi le réassureur allemand Munich Re ou encore le groupe néerlandais Vopak, spécialisé dans le stockage de pétrole. Le point commun de ces entreprises est qu’elles adoptent une politique stable de versement de dividendes. C’est leur manière d’indiquer aux marchés financiers que leur modèle commercial est robuste et que leur condition financière est également solide. 

Communiqué – Informations à caractère promotionnel destinées aux investisseurs professionnels au sens de la directive MIF. Contenu ne constituant ni un conseil en investissement ni une recommandation de SSGA. Vous devez obtenir et lire le prospectus et le document d’information clé pour l’investisseur (DICI) de SPDR avant d’investir, qui peuvent être obtenus sur spdrs.com. Investir comporte des risques, notamment le risque de perte de l’investissement principal.