Investisseurs institutionnels

Arnaud Geslin, directeur général adjoint en charge des finances, de la technique et des risques de Klesia 

«Notre dernier appel d’offres nous a permis de remettre en perspective la performance de nos mandats, leurs coûts, et la qualité des reportings»

Option Finance - 30 octobre 2017 - Propos recueillis par Audrey Spy

Stratégie, Reporting, Mandat, Allocation d'actifs

Le groupe de protection sociale, qui poursuit sa stratégie de consolidation notamment dans le monde mutualiste, affiche des encours de 7,2 milliards d’euros. Il délègue leur gestion à sa filiale Klesia Finances et à un petit nombre de gérants externes qu’il vient de renouveler.

Arnaud Geslin, directeur général adjoint en charge des finances, de la technique et des risques de Klesia 
Klesia

Né du rapprochement de plusieurs institutions, Klesia poursuit sa stratégie de consolidation sur le marché de la protection sociale. Pourriez-vous rappeler les principales fusions passées et les opérations encore en cours ?

Né en 2012 de la fusion de Mornay et de D&O (Dumas et Orepa), Klesia développe une double activité dans la gestion des retraites complémentaires (Agirc-Arrco) et en assurance de personnes (prévoyance et santé). En matière de gestion des retraites, notre part de marché est importante puisqu’elle s’élève à près de 12 %, avec 7,4 milliards d’euros de cotisations gérées en 2016. Le groupe a participé à la consolidation du marché en lien avec la volonté des fédérations Agirc-Arrco qui ont entamé, depuis plusieurs années, une politique de rationalisation et de réduction des coûts. Un des moyens d’y parvenir consistait pour elles à confier les encours en retraite complémentaire à des acteurs ayant une taille critique suffisante. Cet objectif a incité les institutions à se regrouper. Aujourd’hui, il reste en France environ 20 groupes de protection sociale, parmi lesquels Klesia fait partie des cinq plus importants aux côtés d’AG2R-La Mondiale, d’Humanis, de Malakoff Médéric, et de Pro BTP.

Nous allons continuer à participer au mouvement de consolidation dans l’assurance de personnes, où nos encours s’élèvent à 1,7 milliard d’euros. Historiquement, le groupe de protection sociale travaillait avec les entreprises issues des transports, de la pharmacie et des...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner