Sélection de fonds

Obligations

Natixis Global Bonds Enhanced Beta

Funds Magazine - Octobre 2017 - Marianne di Meo

Obligations, Natixis Asset Management

Natixis Global Bonds Enhanced Beta

Natixis Global Bonds Enhanced Beta investit principalement dans des obligations souveraines mondiales émises en devises locales.

Pourquoi investir dans ce fonds ?

L’objectif de Natixis Asset Management (Natixis AM) avec le lancement de ce fonds, en 2015, était de répondre à deux défis majeurs du marché obligataire : une remise en question des univers d’investissement classiques et une mutation profonde du marché. «On assiste à une remise en cause des indices traditionnels, dont la construction s’appuie sur la taille des émissions et conduit donc à surpondérer les pays les plus endettés, explique Xavier-André Audoli, responsable de l’ingénierie quantitative taux d’intérêt. Or, il n’existe pas de lien objectif, selon nous, entre le montant des émissions d’un pays et la performance ou le risque des obligations correspondantes. De plus, dans un contexte de taux bas qui va probablement durer un certain temps, les indices traditionnels ne proposent pas assez de rendement pour les investisseurs. Enfin, ils affichent  une diversification faible et de fortes corrélations, ce qui réduit les opportunités de gestion. Il nous a donc semblé nécessaire de repenser les indices obligataires. C’est pourquoi, en collaboration avec notre équipe de macroéconomistes, nous avons redéfinit notre univers de référence en un indice alternatif du type “smart beta”. La pondération de notre indice est basée sur les PIB, plus représentatifs, selon nous, de l’économie réelle, et notre indice est actualisé annuellement. Résultat : dans cet indice “smart”, les pays émergents se retrouvent surpondérés puisqu’ils en représentent 40 %. A l’inverse, le Japon est sous-pondéré, son poids étant limité à 5 % contre plus de 25 % dans les indices traditionnels.»

L’autre constat à l’origine de la création du fonds Natixis Global Bonds Enhanced Beta a été la mutation du marché de l’asset management, avec la montée en puissance des solutions de type ETF, mais aussi des gestions systématiques, quantitatives et/ou factorielles. «Ces méthodes sont très largement basées sur des processus décisionnaires portés par la technologie, voire les nouvelles technologies, ce qui peut engendrer des réticences de la part des investisseurs, constate Xavier-André Audoli. D’où notre volonté d’adopter une approche hybride dite “enhanced beta” pour notre fonds, qui combine une gestion quantitative “smart beta” et une gestion active. L’approche systématique se fait sous contrôle humain, à deux niveaux : en intégrant les vues des gérants et en opérant un filtre sur la liquidité des titres.»

Le processus de gestion

La construction systématique du portefeuille vise à optimiser le couple risque/rendement, tout en intégrant les vues actives de gestion. Elle se fait en trois étapes. Il s’agit, dans un premier temps, de rassembler toutes les informations nécessaires à l’élaboration du portefeuille. 

A partir de la composition de notre «smart indice», l’équipe de gestion applique un filtre qualitatif, principalement sur des critères de liquidité. S’y ajoutent les vues actives de la gestion sur les changes, la dette émergente et la dette G4 (USA, zone Euro, Japon et UK), qui sont mises à jour de manière hebdomadaire. Viennent enfin les contraintes définies par l’ingénierie quantitative, en matière de budget des risques, de diversification et de taux de rotation.

L’étape suivante consiste en la construction systématique du portefeuille. Elle s’appuie sur une approche qui permet d’optimiser le rendement du fonds en se fondant sur le risque, tant absolu que relatif, via une modélisation complète et complexe des courbes de taux.

La société de gestion

Natixis Asset Management se place aux tout premiers rangs des gestionnaires d’actifs européens1. Au 30 juin 2017, ses encours s’élevaient à 367,5 milliards d’euros2.  Avec une expérience sur les marchés de plus de trente ans, le pôle d’expertise taux de Natixis Asset Management couvre aujourd’hui l’ensemble de l’univers obligataire européen : monétaire, souverain, crédit, inflation, obligations globales émergentes, aggregate et convertibles.

1. Source : IPE Top 400 Asset Managers 2017 a classé Natixis Asset Management au 51e rang des plus importants gestionnaires d’actifs en prenant en compte les en cours globaux, ainsi que le pays du siège principal et/ou de la principale domiciliation européenne au 31 décembre 2016.

2. Source : Natixis Asset Management.

Les convictions de Dieudonné Djimi et Clothilde Malaussene

Les gérants
Dieudonné Djimi et Clothilde Malaussene sont des experts en gestion obligataire avec respectivement 20 ans et 28 ans d’expérience sur les marchés.  Dieudonné Djimi est spécialiste des obligations souveraines internationales et de la gestion quantitative. Il est titulaire d’un Magistère en Economie et Econométrie, ainsi que d’un DEA en Finance. Clothilde Malaussene est spécialiste des obligations émergentes et des devises. Elle est diplômée de ESC Montpellier – spécialisation Finance.

Les sources de performance que vous avez déterminées pour la gestion du fonds ont-elles fait leur preuve depuis son lancement ?

Natixis Global Bonds Enhanced Beta offre deux sources de performance. D’une part, un univers d’investissement avec des pondérations par pays basées sur la croissance plutôt que la dette, qui favorisent donc les pays émergents dont les taux de rendement sont supérieurs. D’autre part une approche dite “enhanced beta”, qui combine gestion “smart beta” et vues de nos gérants taux. Ces deux moteurs ont contribué de façon indépendante, mais complémentaire, à la performance. Grâce à sa gestion systématique et à son approche “smart beta”, le fonds a su faire face aux récents chocs de marchés : baisse des devises émergentes en 2015, Brexit, élections américaines, élections françaises… Par ailleurs, la combinaison des anticipations de gérants avec notre gestion systématique a amplifiée les bons résultats du fonds. En conclusion, c’est bien grâce à l’utilisation de ces deux moteurs que notre fonds affiche une performance de plus de 11 % (nette de frais de gestion) à fin août 2017. Nous restons confiants sur la pérennité de ce comportement dans le futur.

Quelles sont vos anticipations de marché pour les prochains mois, et comment se traduisent-elles dans la construction du portefeuille?

Selon nos vues, le dollar devrait continuer de se déprécier contre les devises émergentes en ligne avec nos prévisions de croissance positives sur les pays émergents. Nous sommes donc sous-exposés sur le dollar versus les devises émergentes. En revanche, nous n’anticipons pas de grands mouvements entre dollar, yen, euro et sterling. Par ailleurs, l’abondance de liquidités, au niveau mondial, permet d’écarter un risque de hausse des taux sur les prochains mois. Nous restons donc investis tant dans les pays développés que dans les pays émergents. Toutefois, nous sommes sous-exposés sur la dette britannique en raison des risques de hausse des taux de la Banque d’Angleterre face à l’accélération de l’inflation. Quant aux émergents, la baisse de l’inflation, à l’exception de la Turquie, nous amène à privilégier les obligations d’Etat russes, brésiliennes et sud-africaines.

Quel est l’intérêt, pour un investisseur, d’intégrer ce fonds dans son allocation d’actifs?

Natixis Global Bonds Enhanced Beta est avant tout un fonds d’obligations souveraines mondiales. Il sera donc utile en tant que “brique” élémentaire d’allocation “global souverain”. Mais il présente d’autres avantages en raison de son univers large et de son style de gestion différent. En effet, nous avons étudié de manière historique le comportement d’un portefeuille multiclasses d’actifs qui intégrerait soit un fonds global souverain classique soit notre approche “enhanced beta”. Il en ressort qu’intégrer Natixis Global Bonds Enhanced Beta à la place ou en complément d’une brique “beta” plus traditionnelle procurerait un meilleur couple risque/rendement à l’allocation d’actifs du portefeuille.

Rechercher un autre fonds