Stratégie

Marchés financiers

Des risques d’explosion

Option Finance - 4 septembre 2017 - Audrey Spy

Marchés financiers, Classes d'actifs

Les niveaux de valorisation très élevés dans l’ensemble des classes d’actifs recommencent à susciter des inquiétudes. Ils s’inscrivent dans un contexte d’endettement mondial record et dans un univers boursier toujours tiré par des flux élevés de collecte. Une remontée des taux mal maîtrisée ou le moindre signe de ralentissement économique pourrait affecter durement les marchés.

Vincent Juvyns, stratégiste, JP Morgan Asset Management
JP Morgan Asset Management

Les investisseurs n’envisagent pas la rentrée 2017 sans un peu d’appréhension. Ils sont en effet de plus en plus nombreux à craindre une correction, voire l’éclatement d’une bulle, sur les marchés financiers au vu de l’émergence d’un certain nombre de signaux négatifs. Le principal, et non des moindres, porte sur les niveaux de valorisation qui sont devenus très élevés, voire excessifs. C’est notamment le cas sur les marchés obligataires. «Les investisseurs sont confrontés à une baisse ininterrompue des taux depuis trente ans, phénomène qui a renchéri le prix des obligations à un point tel qu’elles sont aujourd’hui excessivement chères», commente Vincent Juvyns, stratégiste chez JP Morgan Asset Management. La valorisation des marchés obligataires a également été largement soutenue à la hausse ces dernières années par l’intervention des banques centrales qui, au-delà de baisser les taux, ont racheté massivement des titres sur les marchés. Une situation inédite qui commence à fortement inquiéter. Dans une interview accordée à Bloomberg début août, Alan Greenspan, ancien président de la Fed, a d’ailleurs alerté sur le risque de bulle sur les marchés obligataires.

Didier Saint-Georges, membre du comité d’investissement, Carmignac
Carmignac

«Le rendement des obligations souveraines ne reflète en effet plus les conditions économiques, indique Didier Saint-Georges, membre du comité d’investissement de Carmignac. Avec une croissance de 2 % en Europe, il n’est pas cohérent que le taux d’intérêt des emprunts d’Etat allemand soit seulement à 0,4 %.» Par...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi