Le blog de Christophe Morel

J. Powell pourrait bien être «testé» à un moment donné par les marchés

Option Finance - 4 décembre 2017 - Christophe Morel, Groupama

A partir de février 2018, Jérôme Powell succédera à Janet Yellen au poste de président du Conseil des Gouverneurs de la Fed, la banque centrale américaine. Ses premières interventions laissent à penser qu’il s’inscrira dans la continuité de son prédécesseur. Toutefois, un changement à la tête de la Fed n’est jamais non plus anodin.

D’abord, J. Powell a davantage une expérience de juriste que de praticien de l’économie. Par conséquent, il pourrait plus souvent que ses prédécesseurs s’appuyer sur les travaux du staff, à savoir les économistes de la Fed.

Ensuite, son expérience au sein du Conseil des Gouverneurs de la Fed est relativement courte (depuis 2012) et surtout, ne comporte pas de période de stress financier. Dès lors, il peut y avoir une grande tentation pour les investisseurs à vouloir le «tester», à savoir connaître sa réaction face à une hausse de la volatilité. Ses récents discours révèlent d’ailleurs qu’il pondère fortement les conditions financières, ce qui suggère que toute tension sur les taux longs ou baisse marquée des actifs risqués peut le conduire à ralentir la remontée du taux directeur.

Enfin, J. Powell a explicitement indiqué que la normalisation monétaire s’achèverait lorsque les Fed Funds seront sur leur niveau d’équilibre. Ainsi, il n’envisage pas que la politique monétaire devienne restrictive. Selon nos estimations, ce niveau d’équilibre se situant entre 2 % et 2,5 %, cela signifie que dans un an, on s’approcherait déjà de la fin du cycle de resserrement monétaire aux États-Unis.