Le blog de Jean-Louis Mourier

Des politiques monétaires encore très prudentes en 2018

Option Finance - 20 novembre 2017 - Jean-Louis Mourier, Aurel BGC

A l’exception de la Banque du Japon, les «grandes» banques centrales ont commencé à modifier leur politique monétaire. Ainsi, le Fed a remonté par deux fois ses taux directeurs en 2017 et un troisième relèvement devrait intervenir en décembre. Très prudente, la BCE n’a que diminué ses achats mensuels de titres. La seule surprise est venue de la Banque d’Angleterre, qui a décidé de remonter son taux directeur afin de tenter d’enrayer la tendance à la dépréciation de la livre, qui génère une forte inflation. La Banque du Japon, en revanche, a renouvelé son engagement à maintenir sa politique inchangée tant que l’inflation ne remonte pas réellement.

L’évolution des politiques monétaires intervient alors que les pressions déflationnistes, importantes au plus fort de la crise, se sont dissipées. Elles ont même été remplacées par l’émergence de conditions propices au développement de tensions inflationnistes. Malgré une croissance de l’activité économique plus molle que par le passé, la faiblesse de la progression de la productivité implique que l’output gap est en voie de disparition. C’est l’une des raisons de la confiance croissante des banquiers centraux européens et américains en une accélération prochaine des prix à la consommation, qui permettrait à l’inflation de se rapprocher de leur objectif.

Au total, 2018 ne devrait pas être l’année de la révolution pour les politiques monétaires des «grandes» économies développées. L’inflexion amorcée très timidement des deux côtés de l’Atlantique devrait se poursuivre, sachant qu’en zone euro la prochaine étape n’interviendra pas avant le quatrième trimestre.