Le blog de Thierry Million

Ne vendez pas encore vos actifs risqués

Option Finance - 15 janvier 2018 - Thierry Million, Allianz Global Investors

La conjoncture macroéconomique mondiale continue de surprendre par sa robustesse, tirée notamment par celle des pays développés. Les injections massives de liquidités de la part des banques centrales, depuis la crise de 2007, produisent enfin leur plein effet. L’écrasement des taux d’intérêt auquel s’ajoutent des politiques fiscales devenues accommodantes stimulent l’investissement productif.

La plupart des marchés d’actifs risqués anticipent déjà largement cette embellie conjoncturelle. L’indice actions S&P 500 a accumulé un gain de 20 % en 2017 et poursuit cette tendance haussière depuis le début de cette année. De même, la performance des obligations crédit corporate alimentée par l’appétit des investisseurs, combinée aux achats de la BCE, a comprimé les spreads et les rendements au plus serré depuis la crise des subprimes. Cette euphorie peut-elle encore se poursuivre si, dans le sillage de la Fed, les banques centrales européenne et japonaise mettent, elles aussi, fin à leur QE cette année ? La réponse réside dans l’orchestration de la remontée des taux d’intérêt. La Fed a fait preuve d’une extrême prudence dans sa politique de normalisation, car elle savait qu’un sevrage trop rapide des marchés en liquidités risquait de provoquer un mouvement de défiance incontrôlé. Fortes de cette expérience, la BCE et la BoJ marcheront sans aucun doute sur les brisées de leur consœur.

Ainsi, la réévaluation à la hausse des taux d’intérêt dans la zone euro sera étroitement pilotée, ce qui permettra aux actifs risqués de délivrer de meilleures performances en 2018 que les emprunts d’Etat, réputés sûrs.