Carnet

Direction financière

CNES

Antoine Seillan

13/06/2014

Antoine Seillan

En prenant à 39 ans la tête de la direction financière du Centre national d’études spatiales (CNES), Antoine Seillan découvre un nouvel univers à la lisière des enjeux financiers, industriels et internationaux, tout en restant dans la fonction publique. «J’ai choisi le métier des finances publiques, non pas pour la finance elle-même, mais pour comprendre et participer à la prise de décisions stratégiques», confie-t-il. Après sa sortie de l’ENA, il entre à la direction du Budget en 2001, où il participe à l’élaboration de grandes réformes, comme celles de la Sécurité sociale et des retraites. Après un passage de deux ans à la direction de la stratégie de l’Agence française de développement, son itinéraire professionnel prend, en 2007, la direction de la Chine, et plus précisément de Pékin, où il devient conseiller commerce et investissement auprès de la délégation de l’Union européenne. «J’y ai mené des négociations avec les autorités commerciales chinoises sur des sujets comme la progression de la coopération sur la propriété intellectuelle ou l’ouverture de la Chine aux investissements étrangers», raconte-t-il. De retour à la direction du Budget en 2010, il est nommé chef du bureau des transports, où il sera amené aussi bien à travailler sur le contrôle de la RATP et de la SNCF que sur la réalisation de partenariats public-privé importants, comme celui de la ligne à grande vitesse Bordeaux-Tours. En intégrant l’agence spatiale française, il devra d’abord adapter l’établissement aux nouvelles normes réglementaires de gestion budgétaire et comptable publique (GBCP), mais surtout mettre à profit son budget record depuis dix ans – 2,1 milliards d’euros en 2014 – pour financer au mieux le développement des futurs lanceurs Ariane.