Carnet

Directeur financier

Tarkett

Raphaël Bauer

24/02/2017

Raphaël Bauer

A tout juste 37 ans, Raphaël Bauer accède déjà au poste de directeur financier d’une multinationale. Sept ans après son arrivée au sein de Tarkett, le groupe spécialisé dans les revêtements de sols et surfaces de sport (2,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016) lui confie ce poste en remplacement de Fabrice Barthélemy, promu quant à lui président de la division EMEA.

Après des études à l’IEP de Paris, il commence sa carrière chez Valeo en 2002 comme contrôleur de gestion. Il développe son relationnel avec les opérationnels en intégrant d’abord une usine spécialisée en câblage électrique en Tunisie, puis, en 2004, la branche système d’essuyage du groupe près de Clermont-Ferrand, et enfin, en 2006, le site de conditionnement pour pièces de rechange près de Paris.

Un an plus tard, le spécialiste de l’emballage plastique, Rexam, lui propose de devenir responsable financier de sa division cosmétique. «Au sein de ce site de 500 personnes, j’ai pu découvrir l’ensemble de la chaîne de valeur, de la fabrication jusqu’à la commercialisation», précise Raphaël Bauer. Attiré par des fonctions plus internationales, il devient, en 2010, contrôleur financier de la division EMEA de Tarkett. Il y encadre alors les 17 contrôleurs financiers responsables de chaque business unit. Trois ans plus tard, à la suite de la décision du groupe de créer une division à part entière pour l’Asie-Pacifique et l’Amérique du Sud, il est nommé responsable du contrôle financier de ces zones. En 2014, ses fonctions sont élargies à l’échelle du groupe. «A la suite de l’acquisition de Desso (200 millions d’euros de chiffre d’affaires), j’ai intégré les comptes de cette filiale et ses données financières au reporting du groupe», illustre Raphaël Bauer. Une mission qu’il sera amené à poursuivre à son nouveau poste de directeur financier, où il devra également s’atteler aux roadshows, gérer l’équipe d’audit interne et travailler sur les problématiques de financement du groupe. «Avec 21 acquisitions au cours des dix dernières années, Tarkett est bien rodé dans les sujets de financement, notamment pour accompagner la croissance externe ; je vais donc continuer cette politique à travers l’émission de nouveaux placements privés et la négociation des lignes de crédit», souligne Raphaël Bauer. De nouveaux défis qui ne lui font pas peur.