Communauté financière

Bilan

Les 50 qui ont fait l'actualité en 2016 : Asset Management

La rédaction d'Option Finance - 2 janvier 2017 - Option Finance

Amundi - Yves Perrier signe une acquisition structurante

Yves Perrier, Amundi
Amundi

Les fins d’années sont toujours soutenues chez Amundi. Après avoir mené à bien l’introduction en Bourse de cette société de gestion en novembre 2015, Yves Perrier, son directeur général, a finalisé un nouveau chantier d’envergure en décembre dernier, en officialisant la reprise de son concurrent Pioneer Investments auprès de la banque italienne Unicredit. Signée mi-décembre, cette opération, d’un montant de 3,545 milliards d’euros, permettra à Amundi d’atteindre le top 10 des sociétés de gestion au niveau mondial, avec 1 276 milliards d’euros d’encours sous gestion.
Le groupe, qui enregistre aussi la meilleure collecte annuelle en 2016 en France d’après Six Financial Information, pourra ainsi renforcer son leadership européen puisque l’Italie deviendra alors son deuxième marché domestique derrière la France. Son mix clients sera également amélioré, le poids de sa clientèle retail passant de 27 % actuellement à 35 %. La transaction inclut en outre un partenariat commercial avec Unicredit, sécurisé par un accord de distribution de dix ans pour l’Italie, l’Allemagne et l’Autriche.

A.S.

Aviva France - Philippe Taffin soutient le financement désintermédié des PME

Philippe Taffin, Aviva France
Aviva France

Tous les investisseurs institutionnels se mobilisent de plus en plus pour participer au financement désintermédié des entreprises en France. Mais Philippe Taffin, le directeur des investissements d’Aviva France, a quant à lui été plus loin dans cette démarche en initiant la création d’un nouveau fonds visant à prêter à des TPE et PME majoritairement françaises via des plateformes de finance participative. En juin, l’assureur a en effet annoncé engager 50 millions d’euros dans ce fonds, baptisé Prêtons Ensemble, dont il a confié la gestion à la société spécialisée dans les stratégies alternatives, Eiffel Investment Group. Aviva France a aussi réussi à mobiliser d’autres investisseurs à ses côtés puisque son initiative a rapidement retenu l’attention d’AG2R La Mondiale qui a engagé 20 millions d’euros, suivi de MGEN et de Klesia qui ont apporté respectivement 15 millions d’euros.
Depuis cet été, Prêtons Ensemble a déjà investi environ 10 millions d’euros dans des plateformes de crowdlending européennes. Il ambitionne de participer à terme au financement d’environ 10 000 entreprises essentiellement françaises, tout en délivrant un rendement net de frais et de défaut de 4 à 5 %.

A.S.

Axiom Alternative Investments - David Benamou démontre la robustesse de son modèle sur les financières

David Benamou, Axiom Alternative Investments
Axiom Alternative Investments

Le succès en 2016 d’Axiom Alternative Investments a été salué par le prix de la société de gestion entrepreneuriale de l’année lors des Trophées de l’Asset Management organisée par le groupe Option Finance. Créée en 2006 et dirigée par David Benamou et Jérôme Legras, cette société de gestion a réussi à prouver la robustesse de son processus de gestion alors même qu’elle évolue dans un secteur difficile : les valeurs financières. Spécialisée initialement sur la dette subordonnée, Axiom AI a progressivement diversifié sa gestion, notamment sur les actions des valeurs financières. Un pari gagnant qui lui a permis de faire croître ses encours sous gestion qui atteignent désormais 650 millions d’euros. Implantée à Paris puis à Londres depuis 2003, la société a aussi fait ses premiers pas outre-Atlantique où elle a réussi à convaincre son premier investisseur américain, Russell Investments qui lui a confié un mandat de 115 millions de dollars. Son développement en dehors des frontières n’a pas freiné son essor en France où elle a enregistré ses premiers succès commerciaux auprès des institutionnels, un acteur français lui ayant confié 100 millions d’euros dans le cadre d’un fonds dédiés.

A.S.

ERAFP - Philippe Desfossés confirme son rôle d’actionnaire actif

Philippe Desfossés, ERAFP
ERAFP

Les investisseurs institutionnels n’ont cessé d’annoncer de nouveaux engagements en matière d’ISR et notamment en faveur du climat en 2016, mais peu d’entre eux ont pris de véritables décisions. Seul l’Etablissement de retraite additionnelle de la fonction publique (Erafp), dont Philippe Desfossés en est le directeur, a fait évoluer sa charte ISR. Un peu plus de dix ans après sa création, cette institution, dont les encours s’élèvent à 26 milliards d’euros, avait le recul nécessaire pour pouvoir encore l’améliorer. Après avoir déjà ajouté en 2012 des lignes directrices en matière d’engagement actionnarial, puis décidé en 2013 de mesurer l’empreinte carbone de ses investissements, l’investisseur institutionnel vient de compléter ses critères ISR en y intégrant une référence à son rôle d’actionnaire actif. L e suivi approfondi des controverses pouvant affecter certaines sociétés en portefeuille et le calcul d’une mesure d’impact des critères ESG sont désormais inclus dans sa charte ISR.

A.S.

Loomis Sayles (Natixis Global Asset management) - Elaine Stokes et Matthew Eagan surperforment les marchés obligataires

Elaine Stokes et Matthew Eagan, Loomis Sayles (Natixis Global Asset management)
Loomis Sayles (Natixis Global Asset management)

Confrontés à un univers de taux très bas en 2016, les gérants obligataires ont dû faire preuve d’agilité sur les marchés pour obtenir de bonnes performances. La technique d’Elaine Stokes et de Matthew Eagan, les deux cogérants du fonds Loomis Sayles High Income, de la société américaine Loomis Sayles & Company affiliée à Natixis Global Asset Management, a ainsi porté ses fruits l’an passé. Avec environ 85 millions de dollars d’encours, ce fonds, qui se focalise surtout sur des obligations à haut rendement américaines, enregistre une performance de 32 % depuis le début de l’année jusqu’au 9 décembre, d’après les données de Morningstar, soit la troisième meilleure performance obligataire derrière deux fonds sur les obligations brésiliennes. Son succès repose avant tout sur son équipe d’une cinquantaine d’analystes et sur sa propre méthodologie de notation des émetteurs. La flexibilité de son approche lui permet aussi d’étudier des entreprises à l’international et surtout de souscrire à toute la gamme des titres financiers (obligations, obligations convertibles et même actions). 

A.S.

Origin Investing - Audrey Stewart lance le mini-placement privé

Audrey Stewart, Origin Investing
Origin Investing

Les petites entreprises qui n’avaient pas jusqu’alors accès aux Euro-PP vont pouvoir désormais recourir à ce type de financement. Audrey Stewart, cofondatrice avec Alexandre Azoulay du prestataire de services d’investissement (PSI) Origin Investing, a en effet lancé un produit permettant aux sociétés enregistrant au moins 10 millions d’euros de chiffre d’affaires de réaliser des placements privés de 1 à 15 millions d’euros auprès d’investisseurs institutionnels et privés. Alors que des tentatives similaires ont échoué par le passé, Audrey Stewart compte réussir à satisfaire la demande de financement des PME grâce à une méthode d’analyse des sociétés partiellement automatisée et un carnet d’adresses d’investisseurs prêts à investir entre 50 000 et 20 millions d’euros. Si l’offre d’Origin Investing rencontre le succès espéré, les dirigeants comptent ensuite mettre en place un fonds dédié.

A.G.

Phitrust - Denis Branche force Total à communiquer sur sa gestion des risques climatiques

Denis Branche, Phitrust
Phitrust

Pour la première fois en France, une société de gestion a obtenu une avancée sur le plan environnemental de la part d’un émetteur en menaçant de déposer une résolution. Il y a cinq ans déjà, Denis Branche, directeur général délégué de la société de gestion Phitrust, avait élaboré un projet de résolution demandant à Total de publier un rapport sur les risques associés à l’exploitation des sols bitumineux au Canada. Mais le seuil de 0,5 % du capital nécessaire à son dépôt n’avait alors pas été atteint. L’année dernière, il est revenu à la charge, arguant d’un nombre d’actionnaires suffisant pour déposer un nouveau projet de résolution destiné à renforcer l’information communiquée par le groupe pétrolier en matière de changement climatique. Afin d’éviter cette résolution, Total a finalement décidé de réaliser un rapport reprenant les données exigées par Phitrust. Une pratique qui devrait se développer en France, où les investisseurs institutionnels ont, depuis le 1er janvier 2017, l’obligation de communiquer sur le risque climatique de leurs portefeuilles.

A.G.

QuantCube - Thanh-Long Huynh adapte le Big Data aux prévisions financières

Thanh-Long Huynh, QuantCube
QuantCube

Cinq ans après avoir développé un algorithme pour intégrer le big data dans les prévisions financières, le CEO de Quantcube, Thanh-Long Huynh a par deux fois démontré en 2016 l’efficacité de son modèle. Spécialisée dans l’analyse quantitative des marchés, sa fintech est parvenue, contrairement aux instituts de sondage traditionnels, à anticiper les résultats du référendum sur le Brexit et la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine, en novembre. Sa réussite repose surtout sur sa capacité à analyser les tendances d’opinions sur les réseaux sociaux. Mais sa technologie présente d’autres avantages puisqu’elle permet aujourd’hui, grâce à l’exploitation de dizaines de milliers de source de données gratuites et payantes disponibles sur Internet, de déterminer des tendances macroéconomiques en temps réel. QuantCube est aussi la première société à l’échelle mondiale à avoir créé un indicateur d’opinion baptisé «QuantCube Big Data Financial Index» pour déterminer les valeurs du S&P 500 les plus porteuses. Sa technologie est de ce fait regardée de près par les professionnels de la gestion d’actifs car ils pourraient l’intégrer dans la construction de leurs stratégies d’investissement.

A.S.

Rothschild & Cie Gestion - Yoann Ignatiew et Charles-Edouard Bibault surperforment les marchés actions

Yoann Ignatiew, Rothschild & Cie Gestion
Rothschild & Cie Gestion
Charles-Edouard Bibault , Rothschild & Cie Gestion
Rothschild & Cie Gestion

L’année 2016 sur les marchés actions a été marquée par une performance exceptionnelle de l’or, notamment au premier semestre où l’once d’or a atteint 1 375 dollars. De fait, les gérants actions qui ont réussi à battre largement les indices de référence l’an passé sont ceux qui étaient exposés aux valeurs aurifères. Parmi ceux-ci, les premiers français à se démarquer sont les gérants de R Mines d’Or, Yoann Ignatiew et Charles-Edouard Bibault, qui pilotent le fonds R Mines d’Or. Celui-ci enregistre une performance de 71,43 % depuis le début de l’année jusqu’au 9 décembre, d’après les données compilées par Morningstar. Concentré sur une trentaine de valeurs minières, ce fonds, de 34 millions d’euros d’encours, a pris plusieurs paris très porteurs. En début d’année, il a surtout misé sur de nouvelles sociétés aurifères de petite taille et sur des entreprises souvent délaissées à cause de leur niveau d’endettement important. Après le début de repli des valeurs aurifères en deuxième partie d’année, il a ensuite diversifié son approche en misant davantage, comme l’y autorisent ses règles d’investissements, sur des minières spécialisées sur d’autres matières premières, telles que le graphite. 


A.S.

Rothschild & Co - David de Rothschild orchestre la fusion avec Martin Maurel

David de Rothschild, Rothschild & Co
Rothschild & Co

En 2016, David de Rothschild a fait franchir une nouvelle étape à son groupe, Rothschild & Co. Ce dernier a en effet annoncé en juin sa fusion avec la Compagnie Financière Martin Maurel. Adoptée en août par les actionnaires familiaux des deux entités et encore en cours de validation par les autorités compétentes, cette opération donnerait naissance à Rothschild Martin Maurel, une des premières banques privées en France, dotée de 34 milliards d’euros d’actifs sous gestion. Cotée en Bourse, Rothschild & Co est un groupe financier spécialisé dans le conseil financier, le capital-investissement et la dette privée, la banque privée et la gestion d’actifs, activités pour lesquelles il cumule environ 24 milliards d’euros d’encours en France. Créée en 1964 par la fusion de deux établissements marseillais (Banque Martin Frères et la Banque Maurel), Martin Maurel détient quant à elle près de 10 milliards d’euros d’encours à fin 2015, dont 7 milliards d’euros en banque privée.

A.S

Découvrez les 50 personnalités de l'année

Cliquez pour découvrir le détail

Entreprises

Asset Management

Banques

Institutions et Associations

Avocats

Société financière

Private Equity