Entreprises & finance

Macroéconomie

La volatilité des changes préoccupe la BCE

Option Finance - 11 septembre 2017 - Arnaud Lefebvre

BCE, Euro, Dollar, Taux

L’appréciation récente de l’euro face au dollar a conduit jeudi dernier la BCE à revoir ses prévisions d’inflation à la baisse et, par ricochet, à réaffirmer la nécessité de poursuivre une politique monétaire accommodante. Selon les économistes interrogés par Option Finance, ce statu quo devrait limiter à court terme toute hausse des taux, et pourrait freiner le renforcement de la monnaie européenne.

Casse-tête numéro un des trésoriers en cette rentrée (voir p. X), l’appréciation marquée de l’euro face au dollar (+ 7 % en trois mois et 14 % depuis le début de l’année) bouleverse également les plans de la Banque centrale européenne. A l’issue de la réunion que cette dernière avait tenue mi-juillet, les marchés s’attendaient à ce qu’elle dévoile le 7 septembre ses intentions quant à son programme de quantitative easing (QE), dont la poursuite au-delà de décembre 2017 reste – officiellement – incertaine. Or la BCE a préféré jouer la montre, repoussant ses annonces «à l’automne». Une décision motivée en grande partie par le niveau de la monnaie unique qui, à 1,20 dollar, est revenue à son plus haut niveau depuis fin 2014. «C’est incontestablement le point marquant de la conférence de jeudi dernier : alors que l’évolution de la parité euro-dollar n’avait pas fait l’objet d’une attention particulière lors des précédentes réunions, Mario Draghi a cette fois-ci insisté sur ce paramètre et indiqué qu’il était devenu un élément central dans l’orientation à venir de la politique monétaire», retient Eric Bourguignon, directeur général délégué de Swiss Life Asset Management.

Il faut dire que l’affermissement de la monnaie unique complique la tâche de la BCE, dont la mission consiste à maintenir dans la zone euro une inflation inférieure à 2 %, mais proche de ce seuil. «En diminuant le prix des biens importés, le renchérissement de l’euro à 1,20 dollar devrait avoir un effet négatif sur...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner