Systèmes d'information

Innovation

Open data des données essentielles de la commande publique : une opportunité pour les entreprises ?

Option Finance - 16 avril 2018

Digitalisation

A compter du 1er octobre 2018, les personnes soumises au droit de la commande publique devront mettre à disposition les «données essentielles» de leurs marchés publics d’au moins 25 000 euros et de leurs concessions, en libre accès et dans un format réutilisable. S’il faut encore que des opérateurs se saisissent de cette opportunité pour développer de nouveaux services, les perspectives qui s’ouvrent sont prometteuses.

par Hélène Chalmeton, juriste, Anne-Laure Villedieu et François Tenailleau, associés, CMS Francis Lefebvre Avocats

Mettre à disposition les données essentielles de la commande publique consiste, pour les pouvoirs adjudicateurs, à les partager sur une plateforme Internet dédiée à la commande publique, dont l’usage deviendra obligatoire à compter du 1er octobre 2018 - certains professionnels sont d’ores et déjà soumis à cette obligation, comme par exemple les concessionnaires d’autoroute, depuis le 1er janvier 2018 (article R. 122-32 du Code de la voirie routière).

Il ne s’agit plus, comme antérieurement, d’une simple obligation d’information du public, le plus souvent satisfaite par la mise en ligne, une fois par an, d’un fichier Excel récapitulant les contrats de commande publique conclus l’année précédente.

Le périmètre de l’obligation

Désormais, les données doivent être publiées dans un délai courant à compter de la conclusion du contrat, d’un de ses avenants ou de chaque date anniversaire s’agissant des données concernant l’exécution des contrats. Elles doivent dans un premier temps être mises à disposition sous un format XML ou JSON, qui sont les formats de fichiers adaptés pour la réutilisation en masse des données sans retraitement manuel. Ces formats n’étant pas lisibles avec une installation bureautique classique, les personnes publiques devront également proposer un moteur de recherche permettant de les consulter. Elles devront donc disposer d’un outil retraitant les données qu’elles mettent à disposition.

Un arrêté du 14 avril 2017 précise les informations qui doivent être mises à disposition et les normes...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner