Actualités

Transition énergétique

HSBC mise à son tour sur les green bonds des pays émergents

22 mai 2020 - Option Finance

Développer l’émission de green bonds par les corporates des économies émergentes pour accélérer leur transition énergétique : tel est l’objectif du fonds Regio que vient de lancer HSBC en partenariat avec l’International Finance Corporate (IFC), filiale de la Banque mondiale. Le fonds a d’ores et déjà levé 474 millions de dollars, dont 75 milliards apportés par chacun des deux promoteurs de l’initiative et le reste collecté auprès d’assureurs et de fonds de pension internationaux, dont Aviva France et BNP Paribas Cardif. Un second closing est attendu pour la rentrée. «Même si la classe d’actifs des green bonds est liquide, nous avons privilégié le format d’un fonds fermé, dont l’échéance s’échelonne entre dix et quinze ans, car pour se lancer sur ce nouveau marché les nouveaux et parfois plus petits émetteurs ont besoin de s’assurer que la demande des investisseurs restera présente sur une longue période», explique Xavier Baraton, directeur des investissements pour la gestion obligataire chez HSBC Global Asset Management. De fait, le véhicule n’achètera que progressivement des obligations vertes : au départ, 80 % du fonds sera investi dans des obligations traditionnelles d’entreprises susceptibles d’émettre par la suite des green bonds.

En 2018, Amundi avait déjà lancé, là encore avec l’IFC, un fonds similaire doté de 1,42 milliard de dollars. Mais ce dernier cible explicitement les green bonds émis par des banques, là où HSBC mise sur les corporates. «Nous souhaitons créer une offre financière crédible et solide, misant sur un portefeuille diversifié et capable de générer du rendement, souligne Xavier Baraton. Or il est difficile de trouver du rendement sur les titres bancaires ou souverains, et l’intégration de corporates de secteurs comme le transport, les utilities ou encore la construction est essentielle à la diversification des risques.» Le fonds d’Amundi dispose d’ailleurs d’un mécanisme d’absorption des premières pertes (via un rehaussement de crédit) par l’IFC, ce que ne prévoit pas le fonds Regio.