Actualités

International 

La profitabilité de l’asset management s’érode

Option Finance - 22 mai 2020

Fin 2019, dans un contexte de marché porteur, les encours mondiaux de la gestion d’actifs ont atteint un niveau record de 88 700 milliards de dollars, selon l’étude annuelle du BCG. Si l’Amérique du Nord tire son épingle du jeu avec une hausse de 19 %, l’Europe arrive deuxième, avec 22 800 milliards de dollars sous gestion (+ 13 %). Mais le tableau dressé par le BCG n’est pas idyllique pour autant, et pas uniquement du fait de la crise de début 2020. Le cabinet souligne ainsi que la profitabilité de l’industrie, quoique toujours élevée, se contracte : les bénéfices opérationnels représentent 34 % des revenus nets, contre 36 % en 2017. Malgré leurs efforts pour réduire les coûts, les asset managers ne parviennent pas à compenser les pressions à la baisse qu’ils subissent sur les frais facturés. 

Mais c’est aussi leur mix produits qui les pénalise : ainsi, malgré une diminution de 15 points depuis 2008, la gestion active sur les expertises «cœur», sur laquelle s’exercent tout particulièrement ces pressions, représente encore, en 2019, 33 % des actifs globaux mais seulement 19 % des revenus. Inversement, la gestion alternative (hedge funds, mais surtout actifs non cotés) compte pour seulement 16 % des encours (+ 1 point depuis 2008) mais 46 % des revenus. La gestion passive se retrouve, de son côté, dans la position paradoxale d’une activité qui se renforce inexorablement (+ 11 points depuis 2008), sans pour autant générer d’importants revenus (6 % du total). Une équation que les gestionnaires d’actifs devront équilibrer cette année tout en luttant contre les effets du Covid-19.