Actualités

Gestion actif-passif

Les bilans des assureurs-vie ont été sous pression pendant la crise

Option Finance - 03 juillet 2020

La crise financière qui a accompagné la crise sanitaire en mars dernier a significativement secoué la gestion actif-passif des assureurs-vie européens. Selon les calculs d’AllianzGI, la baisse des taux swap à long terme – utilisés pour évaluer les engagements futurs des assureurs – a entraîné une forte revalorisation des passifs : en mars, ils étaient supérieurs de 22 % à leur niveau de fin 2018, après un pic à 20 % déjà enregistré à l’été 2019. En revanche, la valorisation de l’actif, elle, s’est contractée d’une dizaine de points. «L’aplatissement de la courbe des taux a conduit à une appréciation de l’actif, mais dans une moindre proportion que le passif, car la duration de ce dernier est plus élevée, signale Mathieu Froger, responsable de la gestion des dérivés pour l’assurance, chez AllianzGI. En outre, cette appréciation n’a pas été suffisante pour compenser les pertes sur les autres classes d’actifs, telles que les actions et le crédit.» 

Une situation qui pèse sur le niveau de solvabilité des assureurs-vie. «Même s’il n’y a rien d’alarmant au niveau de la solvabilité, cette crise met en évidence la vulnérabilité des fonds propres à l’évolution de la courbe des taux», poursuit Mathieu Froger. Un meilleur adossement de la duration entre l’actif et le passif ainsi que la mise en place d’une couverture systématique du risque actions par des dérivés sont, pour AllianzGI, des mesures à mettre en œuvre pour protéger les bilans.