Actualités

Macroéconomie

Les chiffres de la semaine

25 janvier 2019 - optionfinance.fr

2 %, le regain d’inflation au Canada en décembre en rythme annuel. Cette nouvelle hausse résulte de prix plus élevés dans le logement, le transport aérien ou encore les télécoms, selon l’Institut de la statistique canadien. En novembre, l’inflation avait ralenti à 1,7 %, contre 2,4 % en octobre.

1,8 %, la croissance du PIB en Arabie saoudite pour 2019. Alors que Riyad espérait une croissance de 2,6 %, le FMI a abaissé ses prévisions de croissance saoudienne pour 2019 et dans l’ensemble de la région en raison de la faiblesse des prix du pétrole et des tensions géopolitiques. Le fonds a toutefois revu à la hausse ses prévisions pour 2020 de 0,2 % à 2,1 %.

- 1 203,3 milliards de yens (9,2 milliards d’euros)
, le déficit commercial du Japon en 2018. Il s’agit du premier déficit commercial du pays depuis 2015, affecté par la hausse en valeur des importations de pétrole et un moindre dynamisme des exportations qui ont reculé en décembre sur fond de conflit sino-américain. Le solde des échanges de marchandises affichait un excédent de 2 907 milliards de yens en 2017 et de 3 993,8 milliards en 2016, selon le ministère des Finances.

4 %, le taux de chômage au Royaume-Uni à fin novembre 2018. Il s’agit du taux le plus bas depuis quarante-quatre ans, selon l’office des statistiques nationales. Malgré le Brexit et le ralentissement du PIB, tous les signaux sont au vert sur le marché de l’emploi, qui n’a jamais été aussi dynamique depuis 1975.

7 millions d’euros, le coût estimé de l’envoi de la lettre aux Français d’Emmanuel Macron. Alors que l’exécutif se pose encore la question d’un envoi postal du courrier promis par le président de la République, lors de son allocution du 10 décembre dernier, pour tenter de trouver une solution à la crise des «gilets jaunes», Gérald Darmanin a indiqué la semaine dernière le coût que représenterait une telle opération : «Une propagande électorale, ça coûte entre 5 à 7 millions d’euros», a déclaré le ministre de l’Action et des Comptes publics. Celui-ci s’étonne d’ailleurs qu’un tel montant puisse choquer une partie de la population, invoquant que «la démocratie a un coût».