Bourse

Sociétés

ADOCIA bondit grâce à un brevet prometteur

AOF - 11 janvier 2021


(AOF) - Adocia a flambé de 17,92% à 10,20 euros après avoir atteint 10,64 euros, soit son plus haut niveau depuis fin février dernier. La nouvelle innovation de la biotech lyonnaise spécialisée dans le diabète suscite l'intérêt des investisseurs. Elle développe une matrice hydrogel permettant de maintenir l'activité des implants de cellules pancréatiques chez le patient diabétique de type 1.

Cette matrice contenant des cellules a pour but, une fois implantée, de constituer une structure organoïde capable de contrôler la glycémie. Les premiers résultats obtenus chez le petit animal sont très prometteurs.

Parmi les 25 millions de personnes souffrant de diabète de type 1 dans le monde et en dépit des progrès de l'insulinothérapie, certains patients ont un diabète non contrôlable et devraient avoir recours à la thérapie cellulaire pour survivre.

Cette thérapie consiste à greffer des cellules vivantes aux patients diabétiques afin de restaurer le contrôle de la glycémie.

Depuis les années 80 la transplantation d'ilots de Langerhans (îlots pancréatiques) prélevés sur des pancréas de cadavres est possible mais cette technique, bien qu'approuvée par les autorités de santé, est restreinte à une faible population de patients car deux problèmes majeurs persistent : la rareté des donneurs et le recours aux traitements immunosuppresseurs - nécessaire afin d'éviter le rejet des cellules greffées par le système immunitaire - provoque une augmentation significative du risque infectieux et de certains cancers.

D'où l'importance de l'innvovation d'Adocia. “Nous travaillons à réaliser le rêve de nombreux patients d'avoir accès à la thérapie cellulaire sans l'inconvénient majeur que constitue l'usage des médicaments immunosuppresseurs", a déclare le PDG, Gérard Soula.

Adocia a conclu une collaboration avec l'équipe de recherche du Professeur François Pattou (DiabInnov, Inserm Lille, France) mondialement reconnue dans le domaine des transplantations d'ilots de Langerhans aux stades cliniques et non-cliniques. Les résultats préliminaires obtenus via cette collaboration sont prometteurs. Un premier brevet a été déposé.