Bourse

Sociétés

AIR FRANCE-KLM reprend de l’altitude, la France et les Pays-Bas jouent l’apaisement

AOF - 01 mars 2019

(AOF) - Air France-KLM (+5,44% à 11,44 euros) a retrouvé des couleurs à la Bourse de Paris, dans le sillage de l’unité affichée ce matin par la France et les Pays-Bas. Le groupe aérien avait fortement reculé ces deux derniers jours, après l’entrée surprise de l’Etat néerlandais à son capital à hauteur de 14%, soit quasiment le même niveau que l’Etat français.

Ce " coup de force " inattendu avait entrainé de vives réactions au sein du gouvernement français et suscité l'inquiétude des investisseurs quant à l'émergence de futurs conflits politiques pouvant perturber la réorganisation en cours du groupe aérien.

Pour l'heure, Air France-KLM bénéficie de l'apaisement prôné par Bruno Le Maire, le ministre français de l'Economie, et son homologue néerlandais, Wopke Hoekstra. Les deux ministres se sont en effet rencontrés à Bercy.

Dans un communiqué commun, ils ont réaffirmé leur soutien au directeur général, Ben Smith.


" Nous voulons ouvrir une nouvelle page du groupe ", a tweeté Bruno Le Maire, au sortir de la réunion.

" Avec mon homologue néerlandais, nous voulons nous tourner vers l'avenir avec un seul objectif : faire d'Air France-KLM la compagnie aérienne la plus performante au monde ", a poursuivi le ministre, tout en s'abstenant de critiquer le " raid boursier " hollandais.

De son côté, Wopke Hoekstra a reconnu que cette entrée au capital n'avait pas été faite de manière " orthodoxe " mais partait de " bonnes intentions ", selon les propos rapportés dans la presse.

Par ailleurs, un groupe de travail va être mis en place. Il sera présidé par Martin Vial, directeur général de l'Agence des participations de l'Etat (APE), et son homologue Christiaan Rebergen, trésorier général du ministère des Finances néerlandais.

Ce groupe de travail visera à " renforcer la coopération entre la France et les Pays-Bas " et la performance du groupe, mais surtout à discuter des sujets qui fâchent.

Concrètement, les participations des deux Etats dans Air France-KLM et la structure de capital de KLM et d'Air France seront étudiées avec soin. La défense des intérêts des hubs de Roissy –Charles de Gaulle et Schiphol figure également en bonne place. Tout comme la composition du conseil d'administration du groupe et donc de l'influence propre à Air France et à KLM dans la structure globale.

Les conclusions du groupe de travail seront rendues avant la fin du mois de juin. Nul doute qu'elles seront âprement débattues.