Bourse

Sociétés

AIRBUS pénalisé par les menaces de Donald Trump

AOF - 09 avril 2019


(AOF) - Le ton est monté d’un cran entre les Etats-Unis et l’Europe. En effet, Donald Trump souhaite imposer de nouveaux droits de douane sur 11 milliards de dollars d’importations européennes, en représailles aux subventions accordées par l'Union européenne à Airbus (-1,86% à 118,50 euros). « L'UE a profité des USA sur le commerce pendant de nombreuses années. Cela sera bientôt fini!", a tweeté le président américain.Le bureau du représentant américain au commerce (USTR) a dévoilé hier soir une liste de produits européens susceptibles de pâtir de ses menaces.

 

Les avions gros porteurs et les hélicoptères d'Airbus figurent en première place. Ils sont suivis, entre autres, par des fromages, des vins ou encore du saumon.

Cette offensive américaine s'inscrit dans un conflit de longue haleine entre Airbus et Boeing qui se reprochent mutuellement de bénéficier de subventions publiques illégales devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

" Cette affaire est en litige depuis 14 ans et le temps est venu d'agir ", a tonné Robert Lighthizer, le représentant au commerce des Etats-Unis.

" Lorsque l'UE mettra fin à ces subventions néfastes, les droits supplémentaires imposés en représailles par les Etats-Unis pourront être levés ", a-t-il poursuivi.

L'USTR annoncera la liste finale de produits après l'arbitrage de l'organe de règlement des différends de l'OMC, dont le résultat est attendu cet été.

La réaction d'Airbus ne s'est pas fait attendre. Le géant européen dénonce une initiative américaine " totalement injustifiée " et indique avoir pris " toutes les mesures nécessaires pour se conformer aux éléments relativement mineurs mis en évidence par l'OMC en mai 2018 (…) concernant les aides alléguées d'Airbus ".

En revanche, Airbus affirme que Boeing n'a montré aucune volonté de se conformer à la décision de l'OMC du 28 mars dernier concernant les subventions qu'il a reçues.

L'adoption attendue cette semaine du rapport de l'OMC permettra à l'UE d'entamer une procédure de sanctions avec des contre-mesures beaucoup plus importantes contre les Etats-Unis, fait valoir Airbus.

La Commission européenne a indiqué avoir commencé à préparer une éventuelle riposte, sans toutefois fermer la porte à la discussion.


Une approche partagée par Airbus qui conclut en évoquant des " tensions commerciales inutiles " et en indiquant que la " seule solution raisonnable est un règlement négocié ".