Bourse

Sociétés

AKWEL chute lourdement après ses résultats semestriels, trop sévèrement?

AOF - 28 septembre 2018


(AOF) - Akwel (ex-MGI Coutier) a terminé la dernière place du SRD depuis ce matin, dans le sillage de ses résultats du premier semestre 2018. Le titre de l’équipementier automobile chute ainsi de plus de 10% à 18,16 euros. La sanction peut paraître sévère. Ainsi, LCM juge la publication mitigée. Du côté des déceptions figure le résultat opérationnel courant (57,5 millions d’euros) qui ressort en dessous des anticipations de l’analyste (60,4 millions d’euros). Par conséquent, la marge opérationnelle courante recule de 2,3 points à 10,3%.

 

Comme attendu, la profitabilité a été impactée par la hausse des coûts des matières premières et de la masse salariale, ainsi que par les pertes générées par les usines en démarrage en cours de montée en puissance, ajoute le bureau d'études.

In fine, ce dernier a donc abaissé son objectif de cours de 29 à 24 euros sur le titre, mais maintenu sa recommandation Achat.

De son côté, Gilbert Dupont évoque une performance opérationnelle globalement conforme à ses attentes. Il a simplement a ajusté sa cible à 27 euros (contre 28 euros), mais réitéré sa recommandation Accumuler.

Dans le détail, Akwel a réalisé un résultat net consolidé part du groupe de 45,7 millions d'euros au titre son premier semestre 2018, en recul de 5,8%. Le chiffre d'affaires s'établit à 559,3 millions, en croissance de 4,6 % en publié et de 10,7% à périmètre et taux de change constants.

Concernant ses perspectives, Akwel annonce poursuivre sa politique d'investissements afin de déployer sa stratégie internationale avec la montée en puissance des sites récemment ouverts en Chine et Thaïlande, et un projet à venir en Bulgarie.

Le groupe ajoute dans un communiqué anticiper un résultat opérationnel 2018 en repli par rapport à 2017, notamment suite au recul des résultats sur le premier semestre 2018.

À l'horizon 2020, le groupe a pour objectif de réaliser un chiffre d'affaires de l'ordre de 1,2 milliard d'euros. L'équipementier automobile estime être bien positionné pour saisir les opportunités qu'apportent les nouvelles formes de mobilité.