Bourse

Sociétés

ALPHABET (Google) : les investisseurs sanctionnent une publication pourtant pas si mauvaise

AOF - 29 octobre 2019


(AOF) - Alphabet (-1,16% à 1 274,02 dollars), société-mère de Google, figure parmi les principaux replis de l’indice S&P 500 en raison de résultats décevants au troisième trimestre. La célèbre firme Internet a enregistré un bénéfice net de 7,07 milliards de dollars, soit 10,12 dollars par action, à comparer avec un bénéfice net de 9,19 milliards de dollars, soit 13,06 dollars par action, un an plus tôt. Il a été pénalisé par un taux d’imposition effectif multiplié par deux à 18 % par rapport au troisième trimestre 2018.

Le bénéfice par action est bien inférieur au consensus IBES s'élevant à 12,44 dollars. Il intègre cependant plusieurs éléments exceptionnels, dont 554 millions de dollars liés à l'amende de 500 millions d'euros que Google a accepté de payer en France afin de mettre un terme à une enquête pour fraude fiscale du parquet national financier. Ils comprennent également 1,5 milliard de pertes liées à la valorisation de certains investissements à leur valeur de marché.

Le groupe, qui est accusé régulièrement d'être trop dépensier, a affiché une rentabilité opérationnelle de 22,7 % contre 25,6 %, un an auparavant.

Les dépenses opérationnelles ont augmenté de 23 % ce trimestre, hors amende, à 17,57 milliards de dollars et les investissements ont représenté 6,55 milliards de dollars.

La division "autres paris", qui comprend ses projets aux perspectives de développement plus lointaines et incertaines, comme l'activité de voiture autonome, Waymo, a essuyé une perte opérationnelle de 941 millions de dollars au troisième trimestre contre une perte de 727 millions de dollars, un an auparavant. UBS prévoyait une perte de 707 millions de dollars.

Le chiffre d'affaires du groupe a pour sa part augmenté de 20 % à 40,50 milliards de dollars, ressortant au-dessus des attentes de Wall Street : 40,325 milliards de dollars. Il a progressé de 22 % hors impact des changes, comme au deuxième trimestre. Selon certains analystes, certains investisseurs étaient plus optimistes après l'accélération de la croissance au second trimestre. Ses revenus publicitaires ont, eux, augmenté de 17,1 % à 33,92 milliards de dollars.

" Pas de feux d'artifice comme lors des deux derniers trimestres, mais de bonnes performances ", a commenté JPMorgan, qui a confirmé sa recommandation Surpondérer et son objectif de cours de 1460 dollars. UBS a relevé le sien de 1425 à 1460 dollars et confirmé sa recommandation favorable.