Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Apple envoie les bourses européennes dans le rouge

AOF - 18 février 2020


(AOF) - Les bourses européennes ont fini dans le rouge ce mardi. La faute à Apple, qui a annoncé lundi soir qu'il n'atteindrait pas ses objectifs trimestriels en raison du coronavirus. Dans le même temps, les marchés ont ignoré l'annonce par Pékin de ne pas taxer davantage certains produits américains, et le fait que le nombre de nouveaux infectés au covid-19 ralentisse. L'épidémie a d'ailleurs plombé le sentiment des investisseurs en Allemagne, l'indice ZEW ressortant en chute libre. A la clôture, le CAC 40 perd 0,48% à 6 056,82 points, et l'EuroStoxx50 recule de 0,49% à 3 834,38 points.

Plus forte baisse de l'indice FTSE 100, HSBC (-6,56% à 551,95 pence) a été lesté par l'annonce d'une vaste restructuration, dont les coûts entraineront la suspension des rachats d'actions en 2020 et 2021. Déjà fortement présente en Asie et au Moyen Orient, la banque va y accentuer sa présence au détriment des Etats-Unis et de l'Europe. 35 000 emplois sur un total de 235 000 seront sacrifiés sur l'autel de cette réorganisation. Le plan stratégique a été présenté à l'occasion de l'annonce des résultats annuels.

STMicroelectronics (-1,24% à 27,95 euros) a affiché l'une des plus fortes baisses de l'indice CAC 40 et Soitec (-2,79% à 87 euros), l'un des plus fort replis de l'indice SBF 120 en raison de l'avertissement d'Apple sur ses ventes. Le fabricant de l'iPhone a indiqué hier soir ne pas s'attendre à atteindre son objectif de revenu pour le premier trimestre calendaire. Il a mis en cause les difficultés d'approvisionnement d'iPhone entraînées par une réouverture des usines de ses sous-traitants plus lente qu'anticipé et une demande moins forte que prévu en Chine.

C'est désormais officiel. Alstom (-3,18% à 48,70 euros) a annoncé la signature d'un protocole d'accord avec Bombardier et la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) pour l'acquisition de Bombardier Transport, les activités ferroviaires du canadien Bombardier. Un tel rapprochement donnera naissance à un mastodonte, numéro deux mondial du secteur, avec un carnet de commandes d'environ 75 milliards d'euros et un chiffre d'affaires avoisinant les 16 milliards d'euros. Le prix d'acquisition sera compris entre 5,8 et 6,2 milliards d'euros et sera payé en numéraire et en actions nouvellement émises par Alstom.

 

 

Les chiffres macroéconomiques du jour


L'indicateur ZEW en Allemagne, qui mesure le sentiment économique des investisseurs, est ressorti à 8,7 pour le mois de février, alors que le consensus attendait 21,5 et qu'il était de 26,7 au mois de janvier.

Aux Etats-Unis, l'indice manufacturier "Empire State" de la Fed de New York est ressorti en février à 12,9, soit à son plus haut niveau depuis neuf mois, contre un consensus de 5 après 4,8 en janvier. L'indice de confiance NAHB du marché immobilier est ressorti en février à 74 contre un consensus de 75 après 75 en janvier.

Vers 17h50, l'euro recule de 0,21% à 1,0816 dollar.