Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Draghi pèse sur le CAC 40

AOF - 06 juin 2019


(AOF) - En hausse une bonne partie de la séance, les marchés actions européens ont finalement clôturé en légère baisse dans le sillage du regain de volatilité observé Wall Street et des valeurs bancaires. Ces dernières ont mal réagi aux propos de Mario Draghi. Sans surprise, il a repoussé l'horizon d'une hausse des taux. En revanche, les détails du programme refinancement à long terme ciblées TLTRO-III ont été jugés décevants par certains. A Paris, Renault a tangué, comme prévu. Le CAC 40 a cédé 0,26% à 5 278 tandis que l'Euro Stoxx 50 a perdu 0,12% à 3 336 points.

Le mariage entre Renault et Fiat Chrysler Automobiles (FCA) n'aura finalement pas lieu. En Bourse, Renault a chuté de plus de 6% à 52,60 euros tandis que FCA a reculé de 0,31% à 11,67 euros. Le constructeur italo-américain a, en effet, brusquement retiré son offre de fusion cette nuit. FCA estime que " les conditions politiques en France ne sont actuellement pas réunies pour qu'une telle combinaison voie le jour avec succès ". Le groupe a perdu patience alors que le conseil d'administration de Renault n'a pas été en mesure de prendre une décision, l'Etat Français, qui détient 15% du groupe, ayant demandé un report du vote.

Crédit Agricole SA a cédé 1,68% à 10,24 euros dans le sillage du secteur bancaire européen. Le groupe a pourtant dévoilé ce matin son nouveau plan stratégique à l'horizon 2022. Crédit Agricole SA (CASA), la structure cotée de Crédit Agricole, vise un objectif de rentabilité amélioré et sécurisé, avec un résultat net part du groupe supérieur à 5 milliards d'euros (4,4 milliards d'euros en 2018) et un objectif relevé de rentabilité sur capitaux propres tangibles (ROTE) supérieur à 11 % (12,7 % en 2018 ; objectif du PMT 2016-2019 : 10 %).

En Bourse, lorsque l'on coute aussi cher (32,6 fois les bénéfices estimés pour 2020-2021 contre 22,6 fois pour Pernod Ricard), on ne peut pas décevoir, ne serait-ce qu'un tout petit peu. Rémy Cointreau en fait l'expérience aujourd'hui. Le titre de l"Hermès" du cognac a perdu 3,1% à 118,60 euros, les résultats annuels record dévoilés ce matin étant éclipsés par l'absence de perspectives chiffrées pour l'exercice en cours. Le groupe familial charentais a également prévenu que son premier trimestre 2019-2020 pourrait être moins dynamique en raison du calendrier des hausses des prix.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Au cours du premier trimestre 2019, le PIB a progressé de 0,4% dans la zone euro, conformément à la première estimation, a indiqué Eurostat. Au cours du quatrième trimestre 2018, le PIB avait augmenté de 0,2%. Sur un an, la hausse du PIB a été confirmée à +1,2%, comme au quatrième trimestre 2018.

La productivité américaine au premier trimestre a progressé 3,4%, conforme au consensus et après +3,6% au dernier trimestre de 2018. Le coût du travail au premier trimestre a baissé de 1,6% contre un consensus de -0,8%, après -0,9%.

Aux Etats-Unis, le déficit de la balance commerciale en avril est ressorti à 50,8 milliards de dollars. Les économistes tablaient sur 51 milliards après 51,9 milliards en mars (chiffre révisé de 50 milliards).

Aux Etats-Unis, 218 000 nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage ont été comptabilisées au cours de la semaine close le 1er juin. Les économistes tablaient sur 220 000 après 218 000 la semaine précédente (chiffre révisé de 215 000).

Vers 17h30, l'euro bondit de 0,61% à 1,1293 dollar.