Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - La peur du Covid-19 pèse toujours sur les marchés

AOF - 03 avril 2020


(AOF) - Les Bourses européennes ont clôturé dans le rouge. L’évolution de la pandémie de Covid-19 inquiète et son impact est considérable sur l’activité économique. Les Etats-Unis ont ainsi détruit 701 000 postes en mars, un chiffre bien supérieur au consensus Reuters s'élevant à 100 000 suppressions. Côté sanitaire, plus de 52 000 personnes dans le monde sont décédées des suites du virus. Le repli des marchés a cependant été un peu contenu par la flambée des prix du pétrole. Au son de la cloche, le CAC 40 a perdu 1,57% à 4 154,58 points et l’EuroStoxx a baissé de 0,97% à 2 662,43 points.

En Europe, si le secteur bancaire a été contraint de suspendre le versement des dividendes, celui des assurances va devoir faire de même. En Bourse, vers 17h45, l'action Allianz perd 1,28% à 149,52 euros tandis que Generali cède 1,46% à 12,17 euros. Du fait du niveau actuel d'incertitude quant à la profondeur, l'ampleur et la durée des impacts de Covid-19 sur les marchés financiers et sur l'économie, l'autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (EIOPA) exhorte les assureurs et réassureurs à suspendre temporairement toute distribution de dividendes.

A Paris, dans un contexte marqué par la crise du Covid-19, Getlink (-3,82 % à 10,58 euros) a retiré sa proposition de dividende 2019. Ce dernier se montait à 41 centimes d’euros par action, en hausse de 5 cents par rapport à 2018. Le concessionnaire du tunnel sous la Manche s’épargne ainsi un décaissement de 225,5 millions d’euros en mai prochain. Avec une trésorerie disponible de 573 millions d’euros à fin mars, le groupe assure néanmoins qu’il aurait été en mesure d'honorer son dividende tout en conservant la liquidité suffisante pour assurer le service de sa dette.


BNP Paribas a été la dernière grande banque française cotée à se plier à la recommandation de la BCE et de l'ACPR, son organisme de tutelle en France, de suspendre son dividende. En Bourse, l'action de la plus importante banque française en termes de capitalisation perd 5,03% à 24,735 euros, ses concurrentes étant également mal orientées. BNP Paribas est au plus bas depuis janvier 2012.


Les chiffres macroéconomiques du jour


En France, en version définitive, l'indice des directeurs d'achat (IHS) pour le secteur des services est ressorti en mars en nette baisse à 27,4 après 52,5 en février et une version "flash" de 29. L'indice composite, qui intègre l'activité dans les services et l'industrie, s'est établi, lui, à 28,9 après 52 en février et une version "flash" de 30,2.

En France, le solde budgétaire du mois de février 2020 s'élève à -35,2 milliards d'euros contre -20 milliards en janvier.

En Allemagne, en version définitive, l'indice des directeurs d'achat (IHS) pour le secteur des services est ressorti en mars en forte baisse à 31,7 après 52,5 en février et une version "flash" de 34,3. L'indice composite, qui intègre l'activité dans les services et l'industrie, s'est établi, lui, à 35 après 50,7 en février et une version "flash" de 36,8.


En zone euro, les ventes au détail sont en légère hausse de 0,9% au mois de février 2020 après avoir progressé de 0,7% en janvier (chiffre révisé de 0 ,6%). Les économistes tablaient sur une hausse modérée de 0,1%. Sur un an, les ventes ont grimpé en février de 3% après +2,2% en janvier (chiffre révisé de +1,7%). Les analystes s'attendaient à une progression annuelle de 1,7%.

En zone euro, en version définitive, l'indice des directeurs d'achat (IHS) pour le secteur des services s'est effondré en mars à 26,4 après 52,6 en février et une version "flash" de 28,4. L'indice composite, qui intègre l'activité dans les services et l'industrie, s'est établi, lui, à 29,7 après 51,6 en février et une version "flash" de 31,4.

Les Etats-Unis ont détruit 701 000 postes en mars, un chiffre bien supérieur au consensus Reuters s'élevant à 100 000 suppressions de postes. Le chiffre de février a été révisé de +273 000 à + 275 000 et celui de janvier de 273 000 à 214 000. Le taux de chômage est, lui, remonté à 4,4% contre un consensus de 3,8% et 3,5% en février. Il s'agit de sa plus forte hausse depuis 1967 et la troisième plus importante de l'histoire. Le salaire horaire a augmenté de 3,1% en rythme annuel.

L'activité dans le secteur du secteur privé a accentué sa contraction en mars aux Etats-Unis, a annoncé IHS Markit. L'indice des directeurs d'achat Composite, prenant en compte les services et le secteur manufacturier est ressorti à 40,6 contre 49,6 en février. Celui pour les services est tombé à 39,8 en mars contre une première estimation de 39,1 et 49,4 en février.

L'indice PMI non manufacturier de l'ISM ne s'est finalement pas contractée en mars aux Etats-Unis. L'indice des directeurs d'achat de l'Institute of Supply Management est ressorti à 52,5 contre un consensus Reuters de 44 et 57,3 en février.

Vers 17h45, l'euro perd 0,56% à 1,0793 dollar.