Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Le CAC 40 chute de 1,7%, les tensions sino-américaines de nouveau en cause

AOF - 29 mai 2019


(AOF) - Les marchés actions européens ont nettement reculé en raison d’un nouvel accès de tension entre les Etats-Unis et la Chine. Le président américain a déclaré mardi soir qu'il n'était " pas encore prêt " à conclure un accord avec la Chine. Du côté de Pékin, l'heure serait aux mesures de rétorsion : la presse indique que les terres rares pourraient servir d'arme dans les négociations commerciales. Seules 3 valeurs du CAC 40 ont échappé à la baisse. Le plus connu des indices français a reculé de 1,7% à 5 222,12 points tandis que l'EuroStoxx50 a cédé 1,54% à 3 297,25 points.

Mediaset (-0,66% à 2,607 euros) a annoncé l'acquisition d'une participation de 9,6% dans la société allemande ProSiebenSat.1 (+1,91% à 14,93 euros), l'un des principaux groupes de télévision européen, qui occupe une position de leader en Allemagne, en Autriche et en Suisse. L'objectif de cette nouvelle alliance est de développer des économies d'échelle, cruciales pour l'avenir de la télévision européenne face aux géants mondiaux.

A Paris, Elior a reculé de 3,88% à 10,40 euros sur la place de Paris après avoir abaissé sa prévision de croissance organique annuelle. Le groupe vise désormais une croissance organique négative de 1%, contre +1% auparavant. Au premier semestre, elle est ressortie négative à -0,6%. Et ce, compte tenu de la transformation engagée dans le cadre du « Nouvel Elior ». Avec la cession de ses activités de restauration de concession regroupées sous Areas, le périmètre du groupe se restreint aux activités de restauration collective et des services.

En hausse de 2,66% à 12,335 euros, EDF a signé la plus forte progression du SBF 120, soutenu par la spéculation concernant sa prochaine réorganisation. Selon Ouest-France, le comité stratégique de l'électricien public réuni hier prépare la scission du groupe en deux entités. Les activités dans le nucléaire, et peut-être les barrages hydrauliques, seraient nationalisées. Cette société publique détiendrait entre 65% et 70% d'un groupe constitué des activités dans les énergies renouvelables, les services, la fourniture d'électricité aux particuliers, et la distribution (Enedis).

Les chiffres macroéconomiques du jour


Au premier trimestre 2019, le produit intérieur brut (PIB) a ralenti légèrement : +0,3 % après +0,4 % au quatrième trimestre, a confirmé l’Insee. Les dépenses de consommation des ménages accélèrent (+0,4 % après +0,3 %), tandis que l’investissement ralentit légèrement (+0,5 % après +0,6 %). Au total, la demande intérieure finale hors stocks continue de croître au même rythme : elle contribue à la croissance du PIB à hauteur de 0,4 point, comme au trimestre précédent.

Sur un an, les prix à la consommation ralentiraient en mai 2019 (+1,0 % après +1,3 % en avril), selon l’estimation provisoire réalisée en fin de mois par l'Insee. Cette baisse de l’inflation résulterait d’un ralentissement des prix des services, de l’énergie et de l’alimentation et d’un recul un peu plus marqué de ceux des produits manufacturés. En revanche, les prix du tabac accéléreraient. Sur un an, l’indice des prix à la consommation harmonisé ralentirait nettement (+1,1 % après +1,5 % en avril). Le consensus Reuters s'élevait à +1,2%.

En avril 2019, les dépenses de consommation des ménages en biens augmentent de 0,8 % en volume en France, après deux mois consécutifs de baisse (−0,3 % en mars et −0,5 % en février), a annoncé l'Insee. Le consensus s'élevait à +0,4%. Cette hausse est portée par un rebond de la consommation d'énergie (+4,0 %) et dans une moindre mesure par celui de la consommation alimentaire (+0,8 %). Les achats de biens fabriqués sont en léger repli (−0,4 %) pour la première fois cette année.

Vers 12 heures, l'euro perd 0,32% à 1,1129 dollar.