Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Le CAC 40 s'offre une nouvelle hausse, symbolique

AOF - 26 février 2019


(AOF) - Les marchés européens ont marqué une pause après avoir été soutenus ces dernières séances par les espoirs d’un accord commercial sino-américain. Après avoir reçu ces derniers jours des signaux positifs, les investisseurs attendent désormais du concret. La probabilité de l'atteinte d'un accord s'étant nettement améliorée, le risque est trop grand de sortir du marché et de manquer la hausse qui pourrait accompagner cette bonne nouvelle. A Paris, Thales et PSA ont reculé après leur résultats. Le CAC 40 a gagné 0,13% à 5238,72 points et l’EuroStoxx50 a grappillé 0,28% à 3 289,32 points.

En Europe, BASF a grimpé de 4,28% à 67,56 euros après la publication de résultats trimestriels un peu moins dégradés que prévu et des objectifs 2019 plus encourageants. Le géant allemand de la chimie espère recueillir les fruits de ses efforts sur sa rentabilité et de la reprise, timide, de l'industrie automobile. Ainsi, son résultat opérationnel courant devrait légèrement rebondir cette année après le repli marqué subi en 2018. Bien sûr, a prévenu le groupe de Ludwigshafen, ces prévisions ne tiennent que si les relations commerciales entre Etats-Unis et la Chine se détendent et si le Brexit se passe bien.

A Paris, PSA (-2,94% à 22,09 euros) accuse le plus lourd repli du CAC 40 sur la place de Paris. Si le constructeur automobile a dévoilé des résultats 2018 historiques, il a toutefois manqué les attentes des analystes en termes de bénéfice net et de chiffre d’affaires. A l’avenir, le groupe souhaite accélérer hors d’Europe, notamment avec le retour de la marque Peugeot aux Etats-Unis. Dans le détail, le constructeur automobile a réalisé l'an dernier un bénéfice net (part du groupe) de 2,827 milliards d'euros (+47%) et un résultat opérationnel courant de 5,689 milliards d'euros (+43%).

Thales (-1,01% à 107,90 euros) est mal orienté aujourd'hui sur la place de Paris, dans le sillage de ses résultats 2018 et perspectives 2019. UBS a pourtant salué des résultats annuels solides et des perspectives en ligne avec les attentes. En grattant un peu la surface, seuls le free cash flow 2018 ainsi que l'objectif d'Ebit 2019 pourraient expliquer cette moue boudeuse des investisseurs.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Le président de la Fed, n'a pas réservé de surprises. Jerome Powell a réaffirmé qu'il serait " patient " s'agissant de futures hausses des taux. En effet, si la croissance aux Etats-Unis est solide, il a constaté des vents contraires ces derniers mois : marchés financiers plus volatils, le ralentissement en Chine et en Europe.

En février 2019, la confiance des ménages dans la situation économique augmente de nouveau en France. Ainsi, l'indicateur qui la synthétise gagne 3 points et atteint 95. Il dépasse ainsi les attentes du consensus Reuters qui s'établissaient à 92. L'indicateur demeure toutefois au-dessous de sa moyenne de longue période (100).

L'indice de confiance des consommateurs du Conference Board a atteint 131,4 en février 2019, contre 121,7 en janvier et un consensus Briefing.com de 125.

Aux Etats-Unis, l'indice S&P CoreLogic Case-Shiller, qui mesure l'évolution des prix immobiliers dans les 20 principales agglomérations américaines, a progressé de 4,2% en décembre 2018 sur un an. Le mois précédent, l'indice avait progressé de 4,6% (révisé de 4,7%). Les économistes s'attendaient à une hausse de 4,5% en décembre.

Aux Etats-Unis, 1,078 million de mises en chantier ont été enregistrées en décembre 2018, après 1,214 million (chiffre révisé de 1,256 million) en novembre et un consensus Reuters de 1,25 million. En outre, 1,326 million de permis de construire ont été enregistrés en décembre 2018, après 1,322 million en novembre et un consensus Reuters de 1,29 million.