Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Le rebond s’est concrétisé en Europe

AOF - 09 octobre 2018


(AOF) - Les principaux marchés actions européens ont clôturé ce mardi en légère progression, mettant fin à plusieurs séances de repli. Ainsi, le CAC a avancé de 0,35% à 5 318,55 points et l’EuroStoxx 50 de 0,36% à 3 321,79 points. Le climat était toujours lourd d’inquiétudes, qu’il s’agisse de la « guerre commerciale », de la santé de l’économie chinoise, des interrogations sur le budget italien ou encore des tensions sur le compartiment obligataire. Toutefois, si les rendements restent élevés, ils ont légèrement fléchi dans l’après-midi, permettant aux indices de terminer dans le vert.

Wirecard (+9,57% à 182,10 euros) prévoit d'atteindre au moins 3,3 milliards d'euros d'Ebitda en 2025 contre un objectif de 530 à 560 millions d'euros en 2018 et 412,6 millions d'euros en 2017. Le groupe technologique spécialisé dans les paiements vise également des revenus d'au moins 3 milliards en 2020 et de plus de 10 milliards en 2025, à comparer avec 1,49 milliard d'euros, l'année dernière. L'atteinte de ces objectifs sera permise par une progression des volumes de transaction, à au moins 215 milliards en 2020 et à plus de 710 milliards en 2025. Ils s'élevaient à seulement 91 milliards d'euros en 2017.

Alors que le successeur de Tom Enders a été confirmé en la personne de Guillaume Faury, Airbus (-1,08% à 105,50 euros) pourrait potentiellement être confrontée à une crise s'agissant du programme A380. Ainsi, la méga-commande d'Emirates portant sur un maximum de 36 avions A380 serait dans l'impasse, selon Bloomberg. Le problème concernerait les performances des moteurs Rolls-Royce envisagés pour équiper les appareils, précise le média américain. Cette commande de 16 milliards de dollars, confirmée en février dernier, était tombée à pic pour Airbus, qui avait envisagé l'arrêt du programme faute de commandes suffisantes. En effet, l'A380, un très gros porteur capable d'accueillir 575 passagers, peinait à trouver son public.


En repli de 5,55% à 131 euros, Ipsen a accusé la plus forte baisse du SBF 120, pénalisé par JPMorgan. Compte tenu de la valorisation du titre et des perspectives du laboratoire pharmaceutique, le broker estime qu'il est temps de prendre ses bénéfices. En conséquence, il a dégradé sa recommandation sur le groupe familial de Neutre à Sous-pondérer tout en réitérant son objectif de cours de 120 euros. Le bureau d'études constate qu'après un bond de 39% depuis le début de l'année, le titre est valorisé selon "le meilleur scénario". A cet égard, les risques d'un repli du titre sont plus élevés.

Les chiffres macroéconomiques du jour


Le Fonds Monétaire International (FMI) prévoit désormais une croissance du produit intérieur brut (PIB) mondial de 3,7 % en 2018 et 2019. Ce rythme est équivalent à celui de 2017. Au printemps dernier, le FMI visait encore une croissance de 3,9 % pour 2018 et 2019.

Vers 17h45, l'euro cède 0,07% à 1,1486 dollar.