Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Les Bourses européennes ont fait une pause vendredi, au terme d’une semaine faste

AOF - 06 novembre 2020


(AOF) - Les Bourses européennes ont clôturé dans le rouge vendredi, les investisseurs prenant une partie de leurs bénéfices après le « rally » boursier des derniers jours. Si l’adoption rapide d’un nouveau plan de soutien massif apparaît compromise aux Etats-Unis, le Congrès divisé qui s’annonce pourrait bloquer toutes velléités des démocrates de modifier la politique fiscale. Les bons chiffres mensuels de l’emploi US ont échoué à stimuler durablement les indices. Au son de la cloche, le CAC 40 a cédé 0,46 % à 4 960,88 points et l’EuroStoxx 50 a reculé de 0,41% à 3 202, 35 points.

Fin de semaine brillante pour Richemont qui a bondi de près de 9% à 68,92 francs suisses. Le groupe du luxe, propriétaire des marques Cartier, Van Cleef & Arpels ou encore IWC, a dévoilé des résultats semestriels nettement moins dégradés que prévu grâce au rebond de la demande chinoise. Les investisseurs pourraient également saluer le partenariat noué avec le spécialiste de la distribution du luxe en ligne, le britannique Fartech, et le géant du e-commerce chinois Alibaba. Cet accord, particulièrement complexe dans sa forme, implique également Artemis, la holding familial qui détient Kering.


JCDecaux a reculé de 3,48% à 13,32 euros. Le spécialiste français a publié jeudi soir un chiffre d'affaires au troisième trimestre de nouveau en forte baisse, mais aussi inférieur aux attentes des analystes. Son activité s'est en effet repliée de 41,5% à 541,2 millions d'euros, ce qui représente une contraction organique de 37,9% alors qu'Oddo BHF anticipait -33%, Citigroup -36,5% et le consensus -31%.


Elior s'est fait remarquer au sein du SBF 120  dans la foulée de ses résultats annuels préliminaires. Le spécialiste de la restauration collective, qui publiera ses chiffres définitifs le 25 novembre, s'est adjugé en effet 7,74% à 3,56 euros, après avoir dévoilé un chiffre d'affaires de 3,967 milliards d'euros. C'est à la fois mieux que les 3,92 milliards qu'espérait LCM et que les 3,879 milliards attendus par le consensus. En organique, cela représente un repli de 19,4%, en grande partie dû au Covid-19: Elior estime notamment que l'épidémie a supprimé 1,003 milliard de ventes.

Les chiffres macroéconomiques du jour


En France au troisième trimestre 2020, le solde commercial est inchangé par rapport au deuxième trimestre et s’établit à - 20,5 milliards d’euros, révèle l'Insee. Ceci résulte de la reprise progressive des flux du commerce extérieur, une fois la plupart des mesures restrictives visant à enrayer l’épidémie de Covid-19 levées : les exportations rebondissent de 29,4 % au troisième trimestre 2020 par rapport au deuxième trimestre (- 28,9 %) et les importations de 23,7 % (après - 20,5 %).

Selon l'Insee, entre fin juin et fin septembre 2020, l’emploi salarié du secteur privé en France augmente de 1,8%, soit 344 400 créations nettes d'emploi ; il rebondit après 491 600 destructions nettes au premier trimestre et 158 400 destructions nettes au deuxième.

En Allemagne, la production industrielle a progressé de 1,6% en septembre. Les économistes tablaient sur +2,7%, selon Reuters.
 

Aux Etats-Unis, 638 000 emplois dans le secteur privé non agricole ont été créés au mois d'octobre. Les économistes tablaient sur 600 000 après +672 000 en septembre (chiffre révisé de 661 000) et 1,49 million en août. Le taux de chômage est ressorti à 6,9% contre 7,9% en septembre. Le marché tablait sur 7,7%.

Vers 17h45, l'euro gagne 0,55% à 1,1889 dollar.