Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Les marchés actions européens laissent derrière eux les prises de bénéfices

AOF - 13 novembre 2020


(AOF) - Après les prises de bénéfices de la veille, les Bourses européennes sont parvenues à repartir de l’avant ce vendredi. Toutefois, l’optimisme triomphant du début de semaine s’est dissipé et les investisseurs surveillent de nouveau avec attention la progression de la pandémie de Covid-19. Côté statistiques, l’indice de confiance de l’université du Michigan a déçu, et le PIB trimestriel de la zone euro aussi (mais légèrement). Au final, le CAC 40 s’est adjugé 0,33% à 5 830,16 points et l’EuroStoxx 50, +0,34 % à 3 439,93 points. Sur la semaine, ces indices ont pris 8,45 % et 7,35 % respectivement.

Volkswagen (+0,70% à 158,50 euros) souhaite investir près de 73 milliards d'euros durant les cinq prochaines années (2021-2025) dans les technologies liées aux véhicules électriques (35 milliards), hybrides (11 milliards), ainsi qu'à la digitalisation (27 milliards). Cela représente environ 50% des investissements totaux programmés sur la période. Un an plus tôt, le constructeur automobile allemand avait fait part de son intention d'investir près de 60 milliards d'euros d'ici fin 2024 dans ces mêmes domaines. Cela représentait environ 40 % des dépenses totales programmées sur la période 2020-2024.

Engie a progressé de 3,19% à 12,30 euros après la publication de résultats neuf mois pénalisés sans surprise par la crise du Covid. Le fournisseur de gaz et d'électricité a cependant confirmé ses objectifs annuels et réaffirmé son intention de verser à nouveau un dividende. Le groupe qui sera dirigé par Catherine MacGregor dès le mois prochain, a également confirmé son projet de scission des deux tiers de son activité Services et annoncé la vente de sa part dans GTT. Après la récente sortie de Suez, Engie bouclerait ainsi largement son programme de cession de huit milliards d'euros.

EDF a avancé de 0,39% à 11,44 euros l'action après la publication d'un chiffre d'affaires neuf mois dégradé comme prévu, Covid oblige. Pour autant, et malgré les restrictions de liberté décidées en Europe, et en France notamment, l'électricien public a confirmé ses objectifs annuels. Jefferies a immédiatement confirmé sa recommandation d'Achat et son objectif de cours de 12 euros dans le sillage de nouvelles jugées rassurantes.



Les chiffres macroéconomiques du jour


En France, l’indice des prix à la consommation (IPC) est stable en octobre 2020 sur un mois, après –0,5 % en septembre. Les prix de l’alimentation (+0,2 % après –0,5 %) et ceux de l’énergie (+0,2 % après –0,7%) rebondissent. Ceux des services baissent moins que le mois précédent (–0,3 % après –1,5 %). Les prix du tabac sont stables. Enfin, ceux des produits manufacturés ralentissent fortement après un sursaut le mois dernier (+0,4 % après +1,6 %). Sur un an, les prix à la consommation sont stables pour le deuxième mois consécutif.

Au cours du troisième trimestre 2020, le PIB (produit intérieur brut) de la zone euro a augmenté de 12,6% par rapport au trimestre précédent, selon la deuxième estimation publiée par Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne. La précédente estimation était légèrement plus élevée à +12,7 %. Toutefois, il s'agit toujours de l'augmentation la plus importante depuis le début des séries temporelles en 1995, et d'un net rebond par rapport au deuxième trimestre 2020, quand le PIB avait chuté de 11,8%.


Selon les premières estimations, les exportations de biens de la zone euro vers le reste du monde se sont établies à 190,3 milliards d’euros en septembre 2020, en baisse de 3,1% par rapport à septembre 2019 (196,4 milliards d’euros). Les importations depuis le reste du monde ont, quant à elles, été de 165,5 milliards d’euros, en baisse de 7,1% par rapport à septembre 2019 (178,1 milliards d’euros).

Le nombre de personnes ayant un emploi a augmenté de 0,9% dans la zone euro au troisième trimestre 2020 par rapport au trimestre précédent, selon les données publiées par Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne. Il s'agit de l'augmentation la plus importante depuis le début des séries temporelles en 1995. Au cours du deuxième trimestre 2020, l'emploi avait diminué de 2,9% dans la zone euro, dans le sillage de la crise du Covid-19.

Aux Etats-Unis, les prix à la production ont progressé de 0,3% en octobre 2020. Le consensus Briefing.com tablait sur une hausse de 0,2% après +0,4% en septembre. De leur côté, les prix "core", c'est-à-dire hors alimentation et énergie, ont augmenté 0,1% en octobre 2020, contre un consensus de +0,2% et après +0,4% en septembre.

Aux Etats-Unis, l'indice de confiance des consommateurs mesuré par l'Université du Michigan est ressorti en novembre à 77 contre un consensus de 82 après 81,8 en octobre.


Vers 17h45, l'euro grappille 0,13% à 1,1822 dollar.