Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Troisième séance dans le vert pour les Bourses européennes

AOF - 11 juin 2019


(AOF) - Les Bourses européennes ont terminé dans le vert mardi, toujours portées par l’apaisement des tensions entre le Mexique et les Etats-Unis. Toutefois, cette hausse pourrait n'être que temporaire, le conflit commercial sino-américain étant loin d'être réglé. Hier, Donald Trump s'est dit prêt à mettre en place de nouveaux tarifs douaniers sur les produits chinois après le G20, faute de progrès dans les discussions. La Chine assure qu’elle répondra avec fermeté. Au son de la cloche, le CAC 40 a pris 0,48% à 5 408,45 points et l’EuroStoxx 50 +0,43% à 3 401,10 points.

En Europe,Ted Baker a chuté de 28,45% à 963,05 pence dans le sillage de prévisions inférieures aux attentes du marché. Depuis le début de l'année, l'incertitude des consommateurs dans un certain nombre de marchés clés et les niveaux élevés d'activités promotionnelles ont entraîné des conditions commerciales difficiles. Ted Baker s'attend à ce que certains facteurs externes continuent d'avoir une incidence sur les échanges commerciaux. Ainsi, le groupe de prêt-à-porter table sur un bénéfice annuel imposable de 50 à 60 millions de livres contre 72,40 millions attendus selon des données IBES Refinitiv.

A Paris, Kering a progressé de 1,84% à 490,60 euros:  la journée investisseurs consacrée à sa stratégie digitale a convaincu. A l'image de son concurrent LVMH, le propriétaire de Gucci et Balenciaga entend fortement développer son activité digitale pour séduire les jeunes consommateurs "digital native". L'objectif est de proposer des contenus susceptibles de faire rêver et bien sûr, d'inciter à l'achat. Offrir aux clients des "expériences" originales qui sont relayées par des "influenceurs" est devenu le nouveau mantra du secteur du luxe. Lors de sa journée investisseurs, Kering a ainsi révélé que le digital avait représenté plus de la moitié du budget de communication de Gucci, au lieu de 20% il y a trois ans.

La réaction boursière à la conférence organisée hier par Ubisoft pour la grande messe des jeux vidéo, le salon E3, est négative. L'action de l'éditeur de jeux vidéo a perdu 2,32% à 71,58 euros. Le groupe français a dévoilé une offre d'abonnement, qui donnera accès à une centaine de jeux pour 14,99 euros. Ce service baptisé Uplay+ sera disponible sur PC à partir du 3 septembre prochain. Ubisoft a également dévoilé une nouvelle franchise : Gods and Monsters, jeu d'aventure dans l'univers de la Grèce antique." Rien d'extraordinaire donc sur cet E3 2019 pour Ubisoft ", a résumé LCM, qui a réduit son objectif de cours de 90 euros à 80 euros et maintenu sa recommandation Neutre. " L'attente risque d'être longue jusqu'au fameux quatrième trimestre calendaire et ses trois AAA ", a ajouté l'analyste.


Les chiffres macroéconomiques du jour


Le produit intérieur brut (PIB) de la France devrait progresser de 0,3% au deuxième trimestre 2019, selon une nouvelle estimation de la Banque de France dévoilée aujourd’hui. L’institution confirme ainsi sa prévision initiale en date du 13 mai dernier.

L'indice Sentix, qui mesure le sentiment des investisseurs en zone euro, est ressorti à -3,3 en juin 2019, contre +5,3 en mai. Le consensus Reuters attendait +2,9.

Aux Etats-Unis, les prix à la production ont progressé de 0,1% en mai, une hausse conforme au consensus Reuters. Ils ont augmenté de 0,4% hors les éléments volatils que sont l'énergie et l'alimentation.


Vers 17h45, l'euro est quasi stable à 1,1313 dollar.