Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture Wall Street - Tensions diplomatiques et INTEL pèsent sur les marchés

AOF - 27 juillet 2020


(AOF) - Les marchés américains ont reculé sur fond de tensions diplomatiques entre les Etats-Unis et la Chine. Après le discours virulent anti-communiste de Mike Pompeo et la demande de fermeture du consulat chinois à Houston, Pékin a répliqué en exigeant la fermeture de celui de Chengdu. Au chapitre des valeurs, Intel a décroché à la suite de l'annonce d'un retard pour sa nouvelle technologie de production. L’indice Dow Jones a reculé de 0,68% à 26 469,89 points tandis que le Nasdaq Composite a perdu 0,94% à 10 363,18 points. Ils affichent ainsi un bilan hebdomadaire négatif.

Haut la main, Intel a affiché la plus forte baisse de l’indice Dow Jones, flanchant de 16,24% à 50,59 dollars après avoir averti que sa technologie de production en 7 nanomètres aurait 6 mois de retard. Cette annonce est d’autant plus mal prise que le numéro un mondial des semi-conducteurs avait connu d’importants délais dans le lancement de sa précédente technologie de production. Elle a entraîné une salve de dégradations : Deutsche Bank et Bank of America d’Achat à Neutre tandis que Barclays et Exane BNP Paribas adoptaient une recommandation négative.

Les chiffres économiques du jour


Les ventes de logements neufs ont atteint 776 000 unités en rythme annuel en juin aux Etats-Unis, à comparer avec 682 000 en mai et un consensus Briefing s’élevant à 680 000.

Le secteur privé affichait une activité stable en juillet aux Etats-Unis, selon la première estimation des indices des directeurs d’achat (PMI) compilés par IHS Markit. Le PMI Composite, qui prend en compte les secteurs manufacturier et des services est ressorti à 50, un plus haut de 6 mois, contre 47,9 en juin. Au-dessus de 50, le secteur est en croissance et en dessous, il se contracte. Le PMI des services est passé de 47,9 à 49,6 et celui du secteur manufacturier, de 49,8 à 51,3. Ils sont également à un plus haut de 6 mois.

 

Les valeurs à suivre aujourd'hui


AMERICAN EXPRESS

American Express a enregistré un profit surprise au deuxième trimestre, mais des revenus décevants. Au deuxième trimestre, l'émetteur de cartes de crédit a vu son bénéfice net chuter de 85% à 257 millions de dollars, soit 29 cents par action. Les analystes interrogés par FactSet prévoyaient une perte par action de 8 cents. Ses revenus ont fondu de 29% pour atteindre 7,68 milliards de dollars. Ils sont inférieurs au consensus Refinitiv s'élevant à 8,07 milliards de dollars.

GOLDMAN SACHS
Goldman Sachs a accepté de verser 3,9 milliards de dollars à la Malaisie pour clore le scandale du fonds souverain malaisien 1MDB. La célèbre banque d’affaires versera 2,5 milliards de dollars à la Malaisie et garantira le retour d’au moins 1,4 milliard de dollars venant de cession d’actifs du fonds, qui avaient été saisis de par le monde. Cette somme sera enregistrée dans les comptes du deuxième trimestre, qui seront modifiés car dévoilés la semaine dernière… Le bénéfice net s'était élevée à 2,42 milliards de dollars.

HONEYWELL
Honeywell a publié un bénéfice par action (BPA) de 1,53 dollar pour le second trimestre 2020, en baisse de 27% par rapport à la même époque en 2019, mais tout de même battu le consensus FacSet qui attendait 1,21 dollar. Le BPA ajusté bat lui aussi les attentes, s'établissant à 1,26 dollar (-40%), là où 1,21 était attendu. Les ventes ont reculé de 19% à 7,48 milliards de dollars, juste au-dessus des 7,29 milliards espérés. Honeywell, qui avait déjà suspendu ses prévisions pour 2020, s'attend à des difficultés persistantes à cause du covid-19, surtout dans l'aérospatial, le pétrole et le gaz.

INTEL
Le numéro un mondial des semi-conducteurs Intel a dévoilé des résultats meilleurs que prévu, mais les investisseurs retiennent surtout le retard de 6 mois pris par sa technologie de production en 7 nanomètres. Au deuxième trimestre, la firme a vu son bénéfice net progresser de 22% à 5,1 milliards de dollars, soit 1,19 dollar par action. Le bénéfice par action ajusté est, lui, ressorti à 1,23 dollar, soit 12 cents de mieux que le consensus Refinitiv. Le chiffre d'affaires a augmenté de 20% à 19,7 milliards de dollars alors que le marché visait 18,55 milliards de dollars.

SCHLUMBERGER
Le groupe parapétrolier Schlumberger a dévoilé un résultat ajusté meilleur que prévu. Au deuxième trimestre, la firme a essuyé une perte de 3,434 milliards de dollars, soit -2,47 dollars par action, à comparer avec un bénéfice net de 492 millions de dollars, soit 35 cents par titre un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 5 cents, à comparer au consensus FactSet de -2 cents.

VERIZON
Verizon a publié un résultat net au second trimestre 2020 de 4,84 milliards de dollars, soit 1,13 dollar par action, en nette hausse (+18,8%) par rapport à la même période l'an dernier. Ajusté, le bénéfice par action (BPA) ressort à 1,18 dollar, en baisse par rapport à 2019, mais au-dessus du consensus FactSet de 1,15 dollar. Le chiffre d'affaires a lui aussi battu le consensus, ressortant à 30,45 milliards de dollars (-5,1%), contre 29,92 milliards attendus. Pour l'ensemble de l'exercice 2020, le géant des télécoms a déclaré s'attendre à une évolution du BPA ajusté comprise entre -2% et +2%.