Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture Wall Street - Wall Street parvient à rebondir en dépit des inquiétudes sur le front sanitaire

AOF - 23 septembre 2020


(AOF) - Après un début de séance incertain, les marchés actions américains sont finalement parvenus à rebondir dans le sillage des géants de la « tech », Amazon en tête. Le climat reste pourtant lourd d’inquiétudes, alors que Jerome Powell a déclaré que le chemin vers la reprise demeurait incertain et que d'éventuelles nouvelles mesures de confinement sont redoutées. De plus, l’atteinte d’un compromis sur un nouveau plan de relance au Congrès semble s’éloigner. Au son de la cloche, le Dow Jones a pris 0,52% à 27 288,18 points et le Nasdaq Composite a progressé de 1,71% à 10 963,64 points.

Le bras de fer entre LVMH et Tiffany (+0,92% à 116,27 dollars) est loin d'être achevé. Hier soir, la Cour de Justice du Delaware s'est prononcée en faveur d'un procès de 4 jours devant commencer le 5 janvier 2021. Il s'agit d'une déconvenue pour Tiffany qui demandait un procès de 3 jours avant le 24 novembre, date limite pour clore son rachat de 16,2 milliards de dollars par le géant du luxe. Ce dernier non plus n'a obtenu pleine satisfaction. Il escomptait un procès en mars-avril 2021, le temps de peaufiner ses arguments et pourquoi pas de contraindre Tiffany à consentir un rabais sur le prix de l'acquisition.

Les chiffres économiques du jour


Aux Etats-Unis, les ventes de logements anciens du mois d’août 2020 se sont élevées à 6 millions en rythme annuel, conformément aux attentes du consensus Briefing.com. Le chiffre de juillet a été confirmé à 5,86 millions.

Les valeurs à suivre aujourd'hui

CARNIVAL

Princess Cruises, un croisiériste de la galaxie Carnival, a annoncé la cession de deux navires, Sun Princess et Sea Princess. Cette opération s'inscrit dans la stratégie de Carnival d'accélérer le retrait de sa flotte des bateaux les moins efficients. Le nom de l'acquéreur et le montant de la transaction n'ont pas été dévoilés.

INTEL
Intel pourra continuer de fournir au groupe technologique chinois, Huawei, placé sur une liste noire aux Etats-Unis, certains produits après avoir obtenu l’accord des autorités américaines, selon des déclarations de la porte-parole à Reuters.

LOCKHEED MARTIN
Les États-Unis et les Émirats arabes unis espèrent avoir conclu un accord initial sur la vente d'avions de chasse furtifs F-35 de Lockheed Martin aux Emirats Arabes Unis d'ici décembre. C’est du moins ce qu’a rapporté mardi Reuters sur la base de sources proches du dossier.

ORACLE/WALMART
L'accord que le groupe chinois ByteDance a conclu avec Oracle et Walmart à propos des activités américaines de l'application TikTok a du plomb dans l'aile. " D'après les informations fournies par les États-Unis, l'accord était injuste. Il répond aux exigences déraisonnables de Washington. Il est difficile pour nous de croire que Pékin approuvera un tel accord ", peut on lire dans un éditorial du Global Times. Or ce dernier suit la ligne éditoriale du Quotidien du Peuple, le journal officiel du Parti communiste chinois…

TESLA

Les attentes des investisseurs sont grandes pour le « Battery Day » de Tesla. Mardi soir, le constructeur de véhicules électriques est supposé faire des annonces importantes concernant la prochaine génération de batterie équipant ses véhicules. Cet enthousiasme découlait des propos d’Elon Musk, le directeur général de Tesla, qui promettait « beaucoup de choses passionnantes » pour cet événément. Pourtant, le dirigeant a tempéré les attentes des investisseurs lundi sur son compte Twitter en indiquant que ce que le groupe présentera n’atteindra pas une réelle production de masse avant 2022.

TIFFANY

LVMH a pris acte de la décision de la Cour de Justice du Delaware, qui s'est prononcée en faveur d'un procès devant commencer en janvier 2021, et non pas en novembre 2020 tel que le demandait Tiffany. Le numéro un mondial du luxe " est pleinement confiant dans sa capacité à repousser les accusations de Tiffany et à convaincre la Cour que les conditions de réalisation de cette acquisition ne sont plus réunies ". A cet égard, LVMH démontrera au cours des prochains mois à la justice américaine que la mauvaise gestion de Tiffany durant la crise du COVID-19 constitue un Material Adverse Effect.