Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Journée morose attendue aussi à Wall Street

AOF - 11 décembre 2020


(AOF) - Les indices américains sont attendus en baisse ce vendredi, dans le sillage de l'Europe. Si les investisseurs de Wall Street sont eux aussi déçus du retard du vaccin de Sanofi/GSK et du manque d'avancées dans les négociations sur le Brexit, ils s'inquiètent également des mesures toujours plus nombreuses prises par les Etats locaux pour endiguer l'épidémie de covid-19; D'autant plus que le nouveau plan de relance tant attendu semble encore loin d'être acquis. En pré-ouverture, les futures sur le Dow Jones, le S&P500 et le Nasdaq reculent de 0,55,% 0,7%, 0,62% respectivement.

 

Hier à Wall Street


Wall Street a clôturé en ordre dispersé. Les valeurs traditionnelles ont été pénalisées par l’annonce d’une hausse plus marquée que prévu des nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage. Cette mauvaise nouvelle rappelle l’impact de la pandémie sur la première économie du monde. De plus, la détérioration de la situation sanitaire observée ces derniers jours est de mauvais augure pour l’emploi au cours des prochaines semaines. Le Nasdaq en revanche, a bénéficié, notamment de l'IPO d'Airbnb. Le Dow Jones a cédé 0,23% à 29 999,26 points tandis que le Nasdaq a gagné 0,54% à 12 405,81 points.

Les chiffres macroéconomiques


Aux Etats-Unis, les prix à la production ont augmenté de 0,1% en novembre sur un mois, soit moins qu'au mois d'octobre et que ce qui était attendu par le marché (0,2% chacun). En rythme annuel, ils ont augmenté de 0,8%, parfaitement conforme au consensus (mois précédent à +0,5%). En excluant les postes les plus volatils comme l'énergie, les prix à la production ont augmenté de 0,1% sur un mois (consensus à +0,2% et mois précédent à +0,1%) et de 1,4% sur un an (consensus à +1,5% et mois précédent à +1,1%).

La première estimation de l'indice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan en décembre est prévue à 16h.

Les valeurs à suivre


COSTCO

Costco a publié hier soir un résultat net lors du premier trimestre de son exercice fiscal (clos au 22 novembre 2020) de 1,17 milliard de dollars, ou 2,62 dollars par action, contre 844 millions ou 1,9 dollar par action, un an plus tôt. Les ventes nettes ont grimpé de 16,9% pour s'établir à 42,35 milliards de dollars (43,2 milliards en comptant les cartes membres). A périmètre comparable, elles ont augmenté de 15,4%. Les ventes en ligne ont, elles, bondi de 86,4%. Le consensus tablait sur un BPA de 2,07 dollar, des ventes de 46,33 milliards et d'une croissance des ventes en comparable de 16%.


DISNEY
A l'occasion d'une journée investisseurs, Disney a révisé à la hausse ses prévisions d'abonnés payant pour ses services de streaming, à 300-350 millions d'ici son exercice 2024. Au 2 décembre, son portefeuille de services directs aux consommateurs a dépassé les 137 millions d'abonnements payants dans le monde, dont 11,5 millions pour ESPN+, 38,8 millions pour Hulu et 86,8 millions d'abonnés Disney+ , lancé en novembre 2019. Le groupe de divertissement compte faire croître son portefeuille d'abonnés grâce à une augmentation significative de sa production de contenus.

FERRARI
Ferrari a annoncé jeudi soir le départ avec effet immédiat de son directeur général, Louis Camilleri. Ce dernier a décidé de quitter ses fonctions pour raisons personnelles. Dans l’attente de la nomination de son remplaçant, c’est John Elkann, le président exécutif, qui est nommé directeur général par intérim. Pour rappel, Louis Camilleri avait pris la tête de Ferrari en 2018.

ORACLE
Oracle a dévoilé des résultats et des perspectives supérieurs aux anticipations. Au deuxième trimestre, clos fin novembre, de son exercice fiscal 2020, l'éditeur de logiciels professionnels a enregistré un bénéfice net en progression de 6% à 2,44 milliards de dollars, soit 80 cents par action. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 1,06 dollar, dépassant de 6 cents le consensus Bloomberg. Les revenus d'Oracle ont progressé de 2% à 9,8 milliards de dollars, ressortant en ligne avec les attentes du marché : 9,77 milliards de dollars.

TESLA
Jefferies a dégradé sa recommandation d'Acheter à Conserver sur le titre Tesla, selon une source de marché. Le broker a néanmoins relevé son objectif de cours de 500 à 650 dollars.