Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - La crainte s'empare des marchés

AOF - 06 janvier 2020


(AOF) - Le repli de Wall Street devait se poursuivre alors que la pression ne cesse de monter au Proche-Orient. Donald Trump a menacé l'Irak de lourdes sanctions après le vote, par les députés irakiens, d'un texte demandant au Premier ministre d'expulser toutes les troupes étrangères présentes dans le pays. En parallèle, le président américain maintient la pression sur l'Iran, menaçant le pays de représailles majeures en cas d'attaque iranienne. Au chapitre de valeurs, l’actualité reste calme. Vers 15h15, les futures sur S&P 500 et Nasdaq 100 cèdent 0,6% à 3 217,5 points et 0,69% à 8 749,25 points.

Vendredi à Wall Street


Les marchés actions américains ont terminé en baisse vendredi, pénalisés par le regain de tensions entre Etats-Unis et Iran, après le bombardement de l'aéroport de Bagdad qui a tué un général iranien Ghassem Soleimani. Avec la crainte d'une perturbation de l'approvisionnement en pétrole et ses conséquences sur l'économie mondiale. Wall Street a également mal réagi au repli de l'ISM manufacturier en décembre. Le Dow Jones a cédé 0,81% à 28 634,88 points. Le Nasdaq a abandonné 0,79% à 9 020,77 points. Sur la semaine, le Dow Jones a cependant gagné 0,61% et le Nasdaq, 0,84%.

Les chiffres macroéconomiques

Aucun indicateur n'est attendu.

Les valeurs à suivre


BOEING
Boeing envisage de lever plus de dette pour renforcer ses finances mises à rude épreuve par la mise au sol de son 737 MAX, affirme le Wall Street Journal citant des personnes proches du dossier. Le groupe d'aéronautique n'est cependant pas à court de liquidités : Boeing disposait d'environ 20 milliards de dollars de fonds à fin septembre, selon ses états financiers. La firme américaine pourrait lever jusqu'à 5 milliards de dollars de dette supplémentaire, selon les analystes.

FORD
Le constructeur automobile américain Ford Motor a vu ses ventes reculer de 1,3% aux Etats-Unis lors du quatrième trimestre 2019 par rapport au quatrième trimestre 2018. Elles ressortent ainsi à 601 862 unités sur la période. Dans le détail, les ventes de SUV ont baissé de 4,1% (208 387 unités), celles de camions ont bondi de 15,9% (330 075 unités) et celles de voitures ont chuté de 41% (63 400 unités).