Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - La pause du "rally du coronavirus" se prolonge

AOF - 14 juillet 2020


(AOF) - Les marchés actions américains pourraient prolonger la tendance de lundi. Les futures sur S&P 500 et Dow Jones sont en effet orientés en légère baisse à une quinzaine minutes de l'ouverture tandis que ceux sur Nasdaq évoluent franchement dans la rouge. Les investisseurs semblent donc enclins à continuer de prendre une partie de leurs bénéfices sur les valeurs du segment technologique propulsées au firmament par la crise. En revanche, ils s'interrogent sur les informations contenues dans les comptes à priori contrastés des géants bancaires américains : JPMorgan, Citigroup et Wells Fargo.

Hier à Wall Street


En hausse en début de séance, Wall Street a finalement terminé dans le rouge. Le "rally du coronavirus" a de nouveau marqué une pause. Les valeurs technologiques comme Amazon, Microsoft ou Facebook, principaux moteurs de ce rally depuis plusieurs mois, ont essuyé des prises des bénéfices. Les investisseurs ont mal réagi à l'annonce de nouvelles mesures de confinement prises par la Californie, par ailleurs berceau du secteur. Le Dow Jones est resté quasi stable à 26 085,80 points mais le S&P500 a cédé 0,94%, à 3 155,22 points. Le Nasdaq a abandonné, lui, 2,13% à 10 390,84 points.

Les chiffres macroéconomiques

Aux États-Unis, l'inflation est ressortie à 0,6% en juin. Les économistes tablaient sur +0,5% après -0,1% en mai. Hors alimentaire et énergie, les prix à la consommation ont progressé de 0,2%. Le marché visait +0,1% après -0,1% en mai.

Les valeurs à suivre

CITIGROUP
Citigroup a vu son bénéfice net fondre de 73% au deuxième trimestre à 1,32 milliard de dollars, ou 50 cents par action. La banque new new-yorkaise a comptabilisé une provision pour défauts de créances de 5,6 milliards de dollars en raison des risques qui pèsent sur les ménages et les entreprises. Le produit net bancaire a grimpé de 5% à 19,77 milliards. Les analystes tablaient en moyenne sur un BPA de 28 cents et sur un PNB de 19,12 milliards. Pour autant, il est trop tôt pour savoir si la comparaison est pertinente.

DELTA AIR LINES
Delta Air Lines a publié des comptes très dégradés en raison de la crise du coronavirus. Au deuxième trimestre, la compagnie aérienne américaine a accusé une perte nette de 52,72 milliards, contre un bénéfice de 1,44 milliard un an plus tôt. La perte ajustée s'est établie à 2,81 milliards de dollars, contre un consensus de -2,66 milliards. La perte nette ajustée par action est ressortie à 4,43 dollars alors que Wall Street tablait sur une perte de 4,22 dollars. Enfin, les revenus ont chuté de 88% à 1,2 milliard alors que le marché escomptait 1,43 milliard.

JPMORGAN
JPMorgan a dévoilé des résultats trimestriels meilleurs que prévu. La première banque américaine par la taille de ses actifs a réalisé au deuxième trimestre 2020, soit au cœur de la pandémie, un revenu ajusté de 33,83 milliards de dollars. Les analystes interrogés par Bloomberg tablaient en moyenne sur 30,4 milliards. Le bénéfice net a chuté de 51% à 4,69 milliards. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 1,38 dollar alors que le consensus le donnait à 1,05 dollar.

WELLS FARGO
Wells Fargo & Co est tombé dans le rouge au deuxième trimestre à cause de la crise de coronavirus. La banque américaine qui compte parmi les principaux prêteurs hypothécaires du pays, a accusé une perte nette de 2,4 milliards de dollars, soit 66 cents par action, pour le trimestre clos le 30 juin, contre un bénéfice de 6,2 milliards de dollars, soit 1,30 dollar par action un an plus tôt. Les analystes interrogés par Refinitiv tablaient sur une perte de 20 cents par action, mais il est trop tôt pour savoir si ces chiffres sont comparables.