Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Le baril et la Fed pèsent sur Wall Street

AOF - 09 novembre 2018


(AOF) - Les marchés américains sont attendus en baisse en cette fin de semaine. Ces derniers sont pénalisés par le nouveau repli des cours du brut. Par ailleurs, la Fed a sans surprise maintenu son principal taux directeur dans la fourchette de 2% à 2,25% et guidé les marchés vers une hausse en décembre, la quatrième de l'année. Côté valeur, les investisseurs réagiront aux résultats trimestriels de Walt Disney, supérieurs aux attentes. Vers 15h, les futures sur S&P500 et Nasdaq 100 cèdent respectivement 0,58% à 2 792,50 points et 0,88% à 7 103 points.

Hier à Wall Street


Les marchés américains ont fini proches de l'équilibre, pénalisés par le nouveau repli des cours du brut. Le baril de WTI a perdu 1,62% à 62,67 dollars, portant ses pertes par rapport à son récent plus haut à plus de 20%. Le marché pétrolier est donc entré dans un "bear market". Sans surprise, la Fed a maintenu son principal taux directeur dans la fourchette de 2% à 2,25% et guidé les marchés vers une hausse en décembre, la quatrième de l'année. L'indice Dow Jones a clôturé en hausse de 0,04% à 26 191,22 points et le Nasdaq Composite a cédé 0,53% à 7530,88 points.

Les chiffres macroéconomiques


Les prix à la production ont augmenté de 0,6% en octobre aux Etats-Unis, au dessus des attentes de 0,2%. Ils avaient augmenté de 0,2% en septembre. Hors les éléments volatils que sont l’énergie et l’alimentation, ils ont augmenté de 0,5%, ce qui est également supérieur aux attentes de 0,2%.

La première estimation de l'indice de confiance du consommateur mesuré par l'Université du Michigan en novembre sera dévoilée à 16h, ainsi que les stocks des grossistes de septembre.

Les valeurs à suivre


WALT DISNEY

Walt Disney a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Au quatrième trimestre de son exercice fiscal 2018, le groupe de médias et de divertissement a réalisé un bénéfice net de 2,32 milliards de dollars, en hausse de 33%. Hors éléments exceptionnels, le BPA est ressorti à 1,48 dollar, au dessus du consensus qui le donnait à 1,34 dollar. Le chiffre d'affaires a atteint 14,3 milliards, en progression de 12%. Les analystes tablaient sur 13,7 milliards.

DROPBOX 

Dropbox a déclaré des pertes nettes de 5,8 millions de dollars, soit un cent par action, au troisième trimestre. Il s'agit d'une amélioration par rapport aux pertes de 14,1 millions de dollars, ou 7 cents par action, de l'exercice précédent. Le groupe a par ailleurs fait état d'un chiffre d'affaires supérieur aux attentes. Celui-ci est en hausse de 26% à 360,3 millions de dollars, contre des estimations de 352,7 millions. Hors éléments exceptionnels, Dropbox a gagné 11 cents par action, dépassant les estimations de 6 cents, selon Refinitiv.

FORD

Berenberg abaisse sa cible de 7 à 6 dollars sur le titre Ford, tout en maintenant sa recommandation Vendre. Le bureau d'études pense que le bénéfice par action du constructeur automobile américain devrait baisser en 2019 à 1 dollar par action, ce qui le place 27% au-dessous du consensus. L'amélioration des opérations internationales de Ford sera plus que contrebalancée par un plus faible développement en Amérique du Nord, explique l'analyste.

PROCTER & GAMBLE

Procter & Gamble a annoncé une réorganisation sa structure de gestion, réduisant le nombre d'unités commerciales de 10 à 6 et donnant aux responsables des produits le contrôle des équipes de vente régionales ainsi que de certaines fonctions précédemment gérées par le siège. Le géant américain a subi des pressions pour améliorer sa performance de la part de l'activiste Trian Fund Management.


YELP 

Yelp est attendu en forte baisse à Wall Street dans le sillage de résultats trimestriels contrastés. Le site internet spécialisé dans les avis de consommateurs a réalisé au troisième trimestre 2018 un bénéfice net de 15 millions de dollars, ou 17 cents par action. Les analystes tablaient sur 10 cents. En revanche, le chiffre d'affaires a déçu. Il s'est établi à 241,1 millions, en hausse de 8%. Wall Street tablait sur 245,4 millions. Pour les observateurs, ces résultats témoignent de la fragilité du modèle du groupe, basé sur la publicité.