Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - L'heure de la pause

AOF - 29 septembre 2020


(AOF) - Les marchés actions américains sont attendus en légère baisse après trois séances consécutives de hausse. Les investisseurs jouent de nouveau la prudence dans un contexte incertain. La propagation de la pandémie s’accélère en Europe et de nouvelles mesures de confinement sont à craindre. Aux Etats-Unis aussi, le Covid continue de sévir. Par ailleurs, les opérateurs attendent avec intérêt le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden. Vers 15h, les futures sur S&P500 et Nasdaq 100 cèdent 0,12% à 3 342 points et 0,31% à 11 359,5 points.

Hier à Wall Street

Wall Street a clôturé dans le vert lundi. Sans statistique d'importance, les investisseurs s'en sont remis à l'espoir d'un accord prochain sur le nouveau plan de relance, après les propos rassurants à ce sujet de Nancy Pelosi, la Président de la Chambre des représentants. Ils ont également cherché à faire de bonnes affaires après la récente dégradation des marchés, tout en spéculant sur l'issue de la présidentielle à la veille du débat Trump-Biden. Le Dow Jones a gagné 1,51% à 27 584,06 points. Le Nasdaq a progressé de 1,87% à 11 117,53 points.

Les chiffres macroéconomiques

Aux Etats-Unis, l'indice S&P/CS Composite des prix des logements des 20 principales agglomérations américaines a progressé de 0,6% en juillet. Les économistes tablaient sur +0,3% après une croissance nulle en juin.

Aux Etats-Unis, en première estimation, les stocks des grossistes ont progressé de 0,5% en août après le repli de 0,3% enregistré en juillet.

L'indice de confiance des consommateurs du Confence Board d'août est attendu à 16h.

Les valeurs à suivre

ALPHABET
Après avoir fait de nouvelles concessions, Google serait sur le point d'obtenir le feu vert de la Commission européenne pour racheter Fitbit, affirme Reuters citant des sources proches du dossier. En août dernier, Bruxelles a ouvert une enquête approfondie craignant que l'opération proposée ne renforce encore la position de Google sur les marchés de la publicité en ligne, en accroissant le volume de données déjà important que le groupe américain pourrait utiliser pour personnaliser les publicités qu'elle propose ou qu'elle affiche.

FIAT CHRYSLER
Le gendarme américain de la Bourse (SEC) a annoncé lundi soir que Fiat Chrysler Automobiles (FCA) avait accepté de verser une amende de 9,5 millions de dollars pour mettre fin à des accusations de déclarations trompeuses concernant un audit interne de ses systèmes de contrôle des émissions, datant de 2016.

TIFFANY
Après Tiffany, c'est au tour de LVMH de saisir la justice américaine. Hier soir, le numéro un mondial du luxe a déposé ses conclusions auprès de la Cour de Justice du Delaware dans le cadre du contentieux l'opposant au joailler américain. Le groupe français est confiant dans sa capacité à démontrer que les conditions de réalisation de l'acquisition ne sont pas réunies et que les arguments fallacieux soutenus par Tiffany sont totalement infondés.

WALMART
Selon le quotidien indien Mint, Walmart Inc. serait en pourparlers avec l'industriel Tata Group pour une prise de participation stratégique importante (20 à 25 milliards de dollars, soit 17,08 à 21,35 milliards d'euros) dans le projet de plateforme de commerce en ligne de l'entreprise indienne. Cette plateforme vise à créer un mastodonte de services numériques offrant une large gamme de produits dans l'espace de vente au détail.