Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Prudence en début de séance

AOF - 11 septembre 2019


(AOF) - Les marchés américains sont attendus en légère hausse. Une bonne nouvelle est à signaler sur le plan de la guerre commerciale : la Chine va exempter 16 catégories de produits américains de nouveaux droits de douane. Les valeurs de croissance (luxe...) qui ont fait hier l'objet d'arbitrage en faveur des sociétés dites "value" seront à surveiller. Du côté de la cote, GameStop devrait chuter en raison d'une publication décevante. Quant à la Maison Blanche, son locataire demande à la Fed d'adopter des taux négatifs. A quelques minutes de l'ouverture, les futures sur le S&P 500 gagnent 0,12%.

Hier à Wall Street


Les marchés américains ont clôturé mardi en ordre dispersé. Les investisseurs font preuve de prudence avant les décisions de la BCE ce jeudi, et de la Fed, mercredi prochain. Ils prévoient une baisse des taux et la relance de l’assouplissement quantitatif en Europe, mais se demandent si l’assouplissement de la politique monétaire sera à la hauteur de leurs espoirs. Les valeurs technologiques ont pesé sur la tendance. Le Dow Jones a gagné 0,28% à 26 909,43 points tandis que le Nasdaq Composite a reculé de 0,04% à 8 084,16 points.

Les chiffres macroéconomiques

Les stocks et les ventes des grossistes en juillet sont attendus à 16 heures.

Les prix à la production ont augmenté de 0,1% en août aux Etats-Unis, dépassant le consensus Reuters d’une stabilité. Ils avaient progressé de 0,2% en juillet. En rythme annuel, leur progression s’est élevée à 1,8% contre +1,7% pour le consensus.

Les valeurs à suivre


APPLE

Réagissant à la keynote d'Apple d'hier, le bureau d'études IDC explique que la nouvelle politique tarifaire du groupe montre son engagement à accélérer l'adoption de ses services en faisant croître sa base d'abonnés. Il fait remarquer que les nouveaux iPhone disponibles à partir du 20 septembre coûteront 699 dollars pour le moins cher contre 749 dollars l'année dernière pour l'iPhone XR 64 GB. Selon son analyse, Apple souhaite également augmenter le nombre d'appareils par utilisateur.

BAKER HUGHES/GENERAL ELECTRIC

Baker Hughes est attendu en baisse en réaction à la décision de General Electric, de réduire sa participation à moins de 50% dans le groupe de services pétroliers. Ce dernier a ainsi l'intention de lever 3 milliards de dollars et réduire sa dette globale.

GAMESTOP

Le premier distributeur mondial de jeux vidéo, qui possède notamment Micromania en France, GameStop, est attendu en forte baisse après avoir dévoilé des résultats décevants et abaissé certains objectifs annuels. Au deuxième trimestre, clos début août, il a essuyé une perte nette de 415,3 millions de dollars, soit 4,15 dollars par titre contre une perte de 24,9 millions de dollars ou 24 cents par action, un an plus tôt. Les comptes de cette année incluent des dépréciations d'actifs pour 400,9 millions de dollars.

GENERAL MOTORS

Le constructeur automobile General Motors a annoncé le rappel de près de 3,5 millions de véhicules sur le marché américain en raison d'un problème de freinage pouvant augmenter les risques d'accident. Les véhicules concernés sont des SUV et des pickups pour des modèles datant de 2014 à 2018. Ce rappel découle d'une enquête débutée par l'agence américaine de la sécurité routière (NHTSA) en novembre dernier.

LEXICON PHARMA
Fin juillet, Lexicon Pharmaceuticals avait annoncé que son partenaire Sanofi mettait fin à leur alliance dans le développement d'un nouveau traitement d’appoint contre le diabète, Zynquista. Le titre de la biotech américaine avait plongé de 70% en une seule séance dans le sillage de cette annonce. Hier soir, Lexicon Pharmaceuticals a annoncé une bonne nouvelle. Sanofi va lui verser 260 millions de dollars pour solder le divorce.

UBER/LYFT
Les chauffeurs de VTC bientôt considérés comme des employés en Californie ?
Les sociétés telles qu’Uber ou Lyft pourraient bientôt devoir traiter leurs chauffeurs de VTC comme des employés en Californie. La condition sera pour les chauffeurs indépendants de travailler principalement ou régulièrement pour ces plate-formes. Cette obligation découle d’un projet de loi adopté mardi soir et qui pourrait entrer en vigueur le 1er janvier 2020. Toutefois, d'autres étapes de validation sont encore à passer pour ce texte.