Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Repli en vue à cause la Chine et de Citigroup

AOF - 14 janvier 2019


(AOF) - Les marchés actions américains sont attendus en net repli à l’ouverture dans le sillage des Bourses européennes. Les investisseurs s’inquiètent de la santé de l’économie chinoise après l’annonce d’une nette baisse de ses importations en décembre. Dans ce climat morose, Citigroup a ouvert le bal des publications avec des résultats trimestriels mitigés. Si les bénéfices ont battu le consensus, les revenus ont déçu. Vers 14h45, les futures sur S&P500 et Nasdaq 100 abandonnent 0,84% à 2 573,25 points et 1,02% à 6 545,25 points.

Vendredi à Wall Street


Pas de miracle à Wall Street où les marchés américains ont marqué le pas vendredi après une série de cinq séances consécutives de hausse. La statistique du jour, l'inflation, a soutenu le dollar, même si elle ressortie en ligne avec les attentes. Les investisseurs attendent désormais du concret dans les discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Le Dow Jones a clôturé en repli de 0,02% à 23 995,95 points. Le Nasdaq a cédé 0,21% à 6 971,48 points. Le bilan hebdomadaire est cependant positif : +1,97% pour le Dow Jones; +2,17% pour le Nasdaq.

Les chiffres macroéconomiques

Aucun indicateur n'est attendu.

Les valeurs à suivre

AMERICAN EAGLE
American Eagle Outfitters a affiché des ventes comparables en hausse de 6% sur la période de fêtes close le dimanche 13 janvier 2019, après une progression de 8 % l'an dernier. "Les équipes ont obtenu des résultats positifs pour l'ensemble des marques et des canaux de distribution", a commenté Jay Schottenstein, directeur général. Dans le sillage de ces performances, le groupe confirme son objectif de bénéfice par action pour la quatrième trimestre, compris entre 40 et 42 cents.

BOEING
Le conseil d'administration du groupe brésilien Embraer a ratifié son approbation préalable concernant le projet de rapprochement avec l'américain Boeing. Cela fait suite au fer vert donné par le nouveau président brésilien, Jair Bolsonaro, à l'opération. Rappelons que ce partenariat stratégique vise à créer une coentreprise incluant les activités d'Embraer dans les domaines de l'aviation commerciale et des services. Selon les termes du partenariat, Boeing détiendra 80 % du capital de la coentreprise, soit 4,2 milliards de dollars, et Embraer les 20 % restants.

GANNETT
Gannett confirme avoir reçu une proposition de rachat du groupe de presse MNG Entreprises pour 12 dollars par action, soit 1,36 milliard de dollars. "Le conseil d'administration de Gannett examinera attentivement la proposition reçue afin de déterminer la ligne de conduite qu'il croit être dans le meilleur intérêt de la société et des actionnaires de Gannett. Aucune mesure n'est requise de la part des actionnaires de Gannett pour le moment", peut-on lire dans un communiqué.

GENERAL MOTORS
JPMorgan réitère son opinion Surpondérer sur le titre General Motors, assortie d'un objectif de cours de 53 dollars, dans le sillage de la journée investisseurs tenue par le constructeur automobile. Cet événement a fourni au broker américain de nouvelles raisons de croire dans la stratégie du groupe destinée à générer une solide croissance des bénéfices malgré de lourds investissements dans la conduite autonome et un environnement macroéconomique plus difficile.

LULULEMON ATHLETICA
Lululemon athletica a relevé ses prévisions de revenus et de bénéfices pour le quatrième trimestre de l'exercice 2018 (clos le 3 février 2019), pour intégrer l'impact des ventes réalisées sur la période des fêtes. Ainsi, le spécialiste de vêtement de sport anticipe désormais des revenus entre 1,140 et 1,150 milliard de dollar, contre une précédente fourchette cite de 1,115 à 1,125 milliard de dollars. Concernant le bénéfice par action, il est attendu entre 1,72 et 1,54 dollar, contre 1,64 et 1,67 dollar auparavant.

NEWMONT MINING
L'américain Newmont Mining va racheter son rival canadien Goldcorp pour environ 10 milliards de dollars. Le producteur d'or offre 0,328 de ses propres actions pour chaque action de sa cible. Ce prix représente une prime de 17% par rapport au cours moyen pondéré de Newmont Mining lors des 20 dernières séances. En incluant la dette, l'opération se monte à 12,5 milliards de dollars. Les actionnaires de Newmont détiendra 65% de la nouvelle entité qui sera le leader mondial de l'or.