Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Trump et l'emploi américain jettent le trouble

AOF - 02 octobre 2020


(AOF) - Le ciel est de plomb à Wall Street. Les investisseurs s’inquiètent de l’évolution de la campagne électorale et d’un éventuel report de l’élection alors que Donald Trump a été testé positif au Covid. Dans ce climat tendu, l’annonce d’une baisse plus marquée que prévu des créations d’emplois en septembre, ravive l’inquiétude sur la santé de la première économie du monde. Pour rester dans le thème sanitaire, plus 19 000 salariés d’Amazon ont été touchés par le virus aux Etats-Unis. Vers 14h45, les futures sur S&P 500 et Nasdaq 100 abandonnent 1,31% à 3 325,25 points et 1,94% à 11 349,75 points.

Hier à Wall Street

Les marchés actions américains ont débuté octobre en légère hausse, soutenus par les valeurs technologiques. Les investisseurs ont voulu croire qu’un accord puisse enfin être trouvé entre républicains et démocrates sur un nouveau plan de relance. Côté statistiques, les indicateurs étaient mitigés : si les inscriptions au chômage étaient meilleures qu’attendu, l’ISM manufacturier a déçu. Côté valeurs, les résultats trimestriels de Bed Bath & Beyond ont été applaudis. L'indice Dow Jones a gagné 0,13% à 27 816,90 points et le Nasdaq Composite a progressé de 1,42% à 11 326,51 points.

Les chiffres macroéconomiques

L'économie américaine a créé en septembre 661 000 emplois. Les économistes tablaient sur 850 000 après 1,489 million (chiffre révisé de 1,371 million) en août. Le taux de chômage a atteint en septembre 7,9%, contre un consensus de 8,2% après 8,4% en août.

Les commandes à l'industrie en août et la dernière estimation de la confiance des consommateurs de l'Université du Michigan en septembre sont attendues à 16h.

Les valeurs à suivre

AMAZON.COM
Amazon a déclaré jeudi soir que 19 816 de ses employés avaient été testés positifs pour le coronavirus au cours des six derniers mois. Le géant de l'e-commerce précise avoir été prudents dans cette analyse. Tout d'abord, il inclut à la fois les cas confirmés et présumés dans ses chiffres. Deuxièmement, les employés d'Amazon sont régulièrement soumis à un dépistage des symptômes et sont de plus en plus souvent testés au travail, qu'ils présentent ou non des symptômes, afin d'identifier les cas asymptomatiques.

BOEING
Alors que l'industrie aérienne continue de faire face aux répercussions de la pandémie de Covid-19, Boeing a annoncé jeudi sa décision de regrouper les activités de production du Boeing 787 à North Charleston (Caroline du Sud) à partir de la mi-2021, selon ses estimations actuelles. Cette décision intervient au moment où l'avionneur américain prend des mesures stratégiques pour préserver sa trésorerie et repositionner certaines activités dans le contexte mondial actuel en vue d'accroître son efficacité et d'améliorer sa performance sur le long terme.

MARATHON OIL
Marathon Oil a annoncé le rétablissement du dividende, suspendu en mai. La compagnie pétrolière américaine assure avoir renforcé son bilan au cours des derniers mois grâce à un programme de réduction des coûts. La société entend bien offrir un retour à l'actionnaire solide sur le long terme. Le groupe paiera donc un dividende de trois cents le 10 décembre prochain aux actionnaires propriétaires des titres le 18 novembre.

TESLA
Tesla vient de lever le voile sur ses chiffres de livraisons du troisième trimestre 2020. Ainsi, la firme d’Elon Musk a livré 139 300 véhicules sur la période. Le constructeur américain dépasse ainsi le consensus FactSet qui s’établissait à 137 000 unités. En parallèle, Tesla a produit 145 036 véhicules. Comme à son habitude, Tesla prévient que le nombre de livraisons doit être considéré comme « légèrement conservateur » et qu'il pourrait être relevé « jusqu'à 0,5% ou plus » par la suite. Tesla pourrait faire son entrée sur le marché indien l’année prochaine. C’est ce qu’a laissé entendre sur Twitter Elon Musk, le directeur général du constructeur américain de véhicules électriques.

WALMART
Walmart annoncé ce vendredi avoir trouvé un accord avec les frères Issa, entrepreneurs milliardaires co-propriétaires d'une chaine d'épicerie, et la firme de private-equity TDR Capital concernant la vente de ses supermarchés britanniques Asda. L'opération valorise Asda à 6,8 milliards de livres sterling, hors dettes et liquidités. Les nouveaux actionnaires se sont engagés à investir 1 milliard de livres dans l'entreprise sur les trois prochaines années. Par ailleurs, Walmart précise qu'il conservera une part du capital ainsi qu'un siège au conseil d'administration.