Bourse

Marchés

Analyse mi-séance AOF France/Europe - La propagation d'un nouveau coronavirus en Chine pèse sur le CAC 40

AOF - 21 janvier 2020


(AOF) - Les marchés actions européens se replient en raison de la propagation d'un nouveau coronavirus en Chine. Le bilan s’aggrave : 6 victimes sont déjà à signaler. Les investisseurs craignent que cette épidémie ne pèse sur l'activité, comme le SRAS en 2003. Le CAC 40 est au premier rang de la baisse en Europe en raison du poids du luxe : Kering, LVMH et Hermès reculent nettement car l'Asie est une zone géographique particulièrement importante pour eux. L’annonce d’un indice ZEW bien supérieur aux attentes a été reléguée aux oubliettes. Vers 12h20, le CAC 40 perd 1,08% à 6 013 points.

Ryanair n’est pas le seul à réaliser un solide début d’année. C’est également le cas de son concurrent easyJet (+4,10% à 1 512 pence), qui a revu à la hausse sa prévision de croissance du revenu par siège pour son premier semestre 2019-2020 (clos fin mars). Ainsi, la compagnie aérienne britannique à bas coûts vise dorénavant une croissance du revenu par siège à taux de changes constants « dans le milieu ou le haut d’une plage à un chiffre », contre « dans le bas ou le milieu d’une plage à un chiffre » auparavant.

A Paris, Kering chute de 4% à 575 euros, LVMH abandonne 2,8% et Hermès de 2,3%. Le luxe, qui avait résisté au Brexit, à la guerre commerciale, au ralentissement mondiale et même aux troubles à Hong Kong, pourrait souffrir devant l'épidémie de coronavirus apparue à Wuhan, dans le centre de la Chine. Ce virus, qui s'attrape par voie orale, apparait fortement anxiogène et pourrait conduire les Chinois à limiter leurs déplacements et leur consommation. L'épidémie tombe d'autant plus mal qu'elle survient à la veille du Nouvel An Chinois, où 600 millions de Chinois s'apprête, en théorie, à voyager.

Rubis cède 1,77% à 55,50 euros, pénalisé par le repli, assez marqué, du cours du pétrole (-1,23% à 64,40 dollars pour le baril de Brent). Le spécialiste français de l'aval pétrolier a confirmé ce matin la cession, annoncée le mois dernier, de 45% de sa branche Terminal au fonds d'infrastructures américain I Squared Capital. La valeur d'entreprise de Rubis Terminal a été fixée à un milliard d'euros, ce qui signifie que le groupe devrait empocher environ 450 millions. Un montant qui lui servira à alléger significativement sa dette de 904 millions d'euros au 30 juin dernier.

Les chiffres macroéconomiques du jour

L'indice ZEW du sentiment des investisseurs allemands sur les perspectives économiques est ressorti à 26,7 en janvier, dépassant largement le consensus Reuters s’élevant à 15. Il était de 10,7 en décembre.

Les statistiques de l'Office National de la Statistique (ONS) publiés ce mardi 21 janvier à 10h30 montrent que le nombre de demandeurs d'emploi au Royaume-Uni a diminué de 7.000 personnes. Il s'établit à 1,31 million de demandeurs d'emploi. Le taux de chômage reste stable à 3,8%, son plus bas niveau depuis 1975.

Vers 12h15, l'euro gagne 0,08% à 1,1105 dollar.