Bourse

Marchés

Analyse mi-séance AOF France/Europe - Les 6 600 points en vue pour le CAC 40

AOF - 11 juin 2021


(AOF) - Les marchés européens progressent et le CAC 40 est à portée d'arquebuse des 6 600 points. Cette hausse intervient en dépit d'une augmentation plus forte que prévu de l'inflation en mai. Pour autant, les investisseurs ont adopté le récit de la Fed (et de la BCE), que cette poussée d'inflation est transitoire. Aucun obstacle ne se dresse donc devant les Banques centrales pour continuer à soutenir les économies. Le contexte d'accélération de la croissance constitue un cocktail très positif pour les actifs risqués. Vers 12h00, le CAC gagne 0,54% à 6 582 points.

 

EssilorLuxottica (+1,04% à 147,84 euros) a annoncé avoir l'autorité de la concurrence turque (TCA) avait autorisé le projet d'acquisition de GrandVision. Cette autorisation a été accordée après qu'EssilorLuxottica ait pris certains engagements comportementaux relatifs à la conduite de ses activités en Turquie. Avec cette décision de l'autorité de la concurrence turque, toutes les autorisations réglementaires ont désormais été obtenues. "La finalisation du projet de transaction reste toutefois soumise à la décision arbitrale à venir", ajoute le géant franco-italien de l'optique.

A Paris, Vivendi (+0,38% à 29,04 euros) est de nouveau sous le feu des critiques d'un de ses actionnaires minoritaires concernant la scission d'Universal Music Group. Hier soir, le gestionnaire d'actifs américain Artisan Partners a rejoint le britannique Bluebell Capital dans ses critiques, estimant que la vente morcelée de parts du label musical est une "allocation sous-optimale" du capital, et que la distribution de 60% des titres aux actionnaires sous forme de dividende exceptionnel n'est pas efficace fiscalement.

Scor (+6,17% à 27,71 euros) domine l'indice SBF 120, les investisseurs saluant la signature d'une armistice avec l'assureur Covéa, dont les conditions lui sont favorables. Les deux groupes, qui ont mis fin à un âpre affrontement de près de 3 ans, souhaitent désormais " retrouver des relations apaisées, fondées sur le professionnalisme, dans le respect de leurs indépendances respectives ". Tout avait débuté à la rentrée 2008 quand Covéa avait proposé 43 euros pour racheter Scor, que le réassureur avait rejeté. La situation n'avait fait ensuite que dégénérer.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Aux Etats-Unis, l'indice de confiance des ménages de l'Université du Michigan en juin est attendu à 16 heures.

Vers 12h00, l'euro perd 0,16% à 1,2156 dollar.