Bourse

Marchés

Analyse mi-séance AOF France/Europe - Les investisseurs digèrent la stratégie de la Fed

AOF - 28 août 2020


(AOF) - Les marchés actions européens évoluent en léger repli au lendemain des déclarations de la Réserve fédérale au sujet de sa nouvelle politique monétaire. Si les investisseurs saluent la nouvelle stratégie de la Fed de ne pas brider immédiatement l'inflation pour soutenir la croissance, certains auraient préféré des mesures plus innovantes. A Paris, en tout cas, le secteur bancaire tire son épingle du jeu. Vers midi, le CAC 40 cède 0,2% à 5 004,7 points. L'Euro Stoxx 50 perd 0,2% à 3 324,74 points.

Les ennuis ne sont pas encore terminés pour Bayer. En effet, le règlement de près de 11 milliards de dollars, destiné à mettre fin aux poursuites de quelques 100 000 Américains victimes d'un cancer lié au Roundup, l'herbicide à base de glyphosate produit par sa filiale Monsanto, est désormais sévèrement mis en doute par la justice américaine. Au cours d'une audience organisée jeudi, le juge californien Vince Chhabria a déclaré qu'il craignait que Bayer n'ait "manipulé" le processus de règlement depuis l'annonce de son plan en juin dernier, a rapporté Bloomberg. A Francfort, le titre perd aujourd'hui plus de 3,3% à 54,67 euros.

Sanofi cède 0,7% à 85,80 euros, pénalisé par la désaffection ponctuelle des investisseurs pour les valeurs défensives de croissance. Danone perd en effet également 0,7% à l'approche de la mi-séance. Ce matin, le laboratoire pharmaceutique français a lancé son OPA de 3,68 milliards de dollars sur Principia Biopharma, une biotech américaine spécialisée dans le développement clinique de traitements pour les maladies auto-immunes. Sanofi propose 100 dollars par action, soit une prime de seulement 10% par rapport au cours de clôture de Principia à la veille de l'annonce du projet, le 17 août.

BNP Paribas gagne 3,6% à 37,8 euros, Crédit Agricole, 3,2% à 8,9 euros et Société Générale, 3% à 14,2 euros. Le secteur bancaire profite des annonces de la Réserve fédérale concernant sa nouvelle politique monétaire. La Fed a notamment précisé qu'elle aurait désormais pour objectif une inflation de 2% en moyenne sur la durée. L'institut donne ainsi priorité à l'emploi et s'autorise à ne pas intervenir lorsque l'inflation repart de l'avant.

Les chiffres macroéconomiques du jour


En première estimation, le taux d'inflation harmonisé pour la France au mois d'août est ressorti à 0,2% en rythme annualisé, conforme aux attentes des analystes et en retrait par rapport à juillet (0,9%). Sur un mois, les prix à la consommation ont reculé de 0,1%, contre un consensus de -0,2% et +0,4% au mois de juillet.

Le repli du PIB français a été confirmé en seconde estimation à 13,8% au cours du deuxième trimestre 2020, en rythme annuel. Le trimestre précédent, l'activité s'était contractée de 5,9%.

L'indice du climat des affaires en zone euro au mois d'août en zone euro s'est établi à -1,33 après -1,8 en juillet.

L'indice de confiance des consommateurs de la zone euro en août est ressorti à -14,7, conformément aux attentes, après -15 en juillet.

Aux Etats-Unis, les investisseurs prendront connaissance des revenus et dépenses des ménages, ainsi que de l'indice des prix PCE pour le mois de juillet à 14h30. L'indice Michigan de la confiance des consommateurs au mois d'août sera publié à 16h.

Ce vendredi marque également le deuxième et dernier jour de la réunion "virtuelle" des banquiers centraux mondiaux.

Vers 12h15, l'euro gagne 0,6% à 1,1892 dollar.