Bourse

Marchés

Analyse mi-séance AOF France/Europe - Les investisseurs sur le qui-vive

AOF - 17 juillet 2020


(AOF) - Fin de semaine prudente sur les marchés actions européens. Les investisseurs continuent d'observer la propagation du coronavirus dans le monde et sa persistance en Europe et aux Etats-Unis. Ils s'intéresseront particulièrement à l'ouverture du conseil européen qui doit s'accorder sur le plan de relance mutualisé de 750 milliards d'euros. Un échec ou trop de tergiversations serait mal accepté par les marchés qui détestent plus que jamais l'incertitude. En Allemagne, Daimler tire son épingle du jeu. Vers midi, le CAC 40 cède 0,24% à 5 073,12 points. L'Euro Stoxx 50 est stable à 3 365 pts.

Au chapitre des valeurs européennes, Daimler progresse de 3,54% à 39 euros sur la place de Francfort dans le sillage de ses résultats préliminaires du deuxième trimestre 2020. Si les comptes sont dans le rouge, en raison de la crise du Covid-19 et d'une charge de restructuration de 687 millions d'euros, le constructeur automobile allemand a fait montre d'une résistance certaine, grâce à une " reprise meilleure qu'attendu du marché " et d'une " solide performance en juin ". Le groupe de Stuttgart se réjouit ainsi d'avoir dépassé les attentes moyennes des analystes sur toute une série d'indicateurs.

A Paris, Boiron chute de plus de 11% à 35,10 euros après la publication d'un chiffre d'affaires du deuxième trimestre en baisse de 14,5%. La crise du coronavirus est particulièrement mal tombée pour le laboratoire lyonnais, spécialisé dans les produits homéopathiques. Le 11 mars, soit quatre jours avant l'annonce par Emmanuel Macron du confinement total du pays, Boiron dévoilait un plan de restructuration massif, marqué par la suppression de 646 postes en France et la fermeture de 13 de ses 31 sites dans l'Hexagone. Autant dire que la société créée en 1932 traversait, pré-Covid, une mauvaise passe.

A contrario, MBWS flambe de plus de 18% à 1,318 euro après s'être extirpé d'une situation très délicate. Son actionnaire principal à hauteur de 51%, la Compagnie financière européenne de prises de participations (Cofepp), qui détient La Martiniquaise (Label 5, Casanis,...) lui refusait son avance en compte courant de quatre millions d'euros au motif qu'il n'avait pas respecté ses engagements, en particulier la condition de modification du contrat de fourniture vrac de Scotch Whisky. Or sans cash immédiatement, MBWS se trouvait en grande difficulté à partir du 15 juillet.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En juin 2020, un mois au cours duquel des nombreuses mesures de confinement du Covid-19 ont été progressivement levées, le taux d’inflation annuel de la zone euro s’est établi à 0,3%, contre 0,1% en mai. Un an auparavant, il était de 1,3%. Sur un mois, il progresse également de 0,3% après +0,1% au mois de mai.

Aux Etats-Unis, les investisseurs prendront connaissance à 14h30 des permis de construire et mises en chantier en juin. L'indice de confiance des ménages de l'Université du Michigan en juillet est attendu à 16h.

Vers midi, l'euro gagne 0,34% à 1,1421 dollar.