Bourse

Marchés

Analyse mi-séance AOF France/Europe - Repli des Bourses : imbroglio dans les négociations commerciales

AOF - 21 novembre 2019


(AOF) - Le repli des principaux marchés européens se prolonge, même s’ils ont réduit leurs pertes par rapport au début de matinée. Hier, Donald Trump a accusé la Chine d’être responsable du retard pris dans les négociations commerciales. Le Wall Street rapporte cependant aujourd’hui que la Chine a invité le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le représentant au commerce Robert Lighthizer à Pékin. La situation reste fluide. A Paris, la Française des Jeux flambe pour sa première journée de cotation. Vers 12h15, le CAC 40 perd 0,35% à 5 873 points et l'EuroStoxx50, 0,30% à 3 673 points.

En Europe, ThyssenKrupp a pris l'ascenseur pour l'échafaud. Le géant industriel allemand en difficulté chute de 9,99% 12,16 euros à la Bourse de Francfort, pénalisé par des résultats annuels dégradés, des prévisions prudentes et l'abandon, pour la première fois depuis six ans, du versement d'un dividende. Le groupe continue d'être durement affecté par la faiblesse de la demande du secteur automobile, la concurrence de l'acier chinois et la hausse des coûts des matières premières. L'emblématique société germanique a confirmé la vente de sa branche ascenseurs et l'accélération de sa restructuration.

La Française des Jeux (FDJ) flambe pour ses débuts la Bourse de Paris. Vers 11h30, le titre de la loterie nationale progresse de 16,77% à 22,77 euros. La capitalisation du groupe atteint désormais les 4,34 milliards d’euros. Face à l’important engouement suscité par l’opération, l'opérateur de jeux d'argent et de paris sportifs en ligne a fixé hier le prix de son introduction en Bourse (IPO) à 19,90 euros par action, soit le maximum de la fourchette initialement envisagée (entre 16,50 et 19,90 euros).

Les perspectives 2020 d'Interparfums sont loin de faire chavirer le cœur des investisseurs. Le titre du concepteur de parfums sous licence abandonne en effet 3,20% à 40,85 euros. Dans un communiqué publié ce matin, le groupe dit tabler pour l'an prochain sur un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros et sur une marge opérationnelle comprise entre 14% et 15,5%.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En novembre 2019, le climat des affaires est stable en France. L’indicateur qui le synthétise, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité marchands, se situe à 105, au-dessus de sa moyenne de longue période (100), a révélé l'Insee.

Le pessimisme de l'OCDE sur l'évolution de l'économie mondiale s'est encore un peu aggravé. La faiblesse des échanges et de l'investissement a conduit l'organisation internationale à abaisser sa prévision de croissance mondiale en 2020 de 3% à 2,9%. Pour 2019, l'OCDE confirme tabler sur 2,9%, soit son niveau le plus faible depuis la crise financière après +3,5% en 2018. Pour la zone euro, l'OCDE a maintenu sa prévision d'une croissance de 1,2% en 2019 mais relevé sa prévision pour 2020 de 1% à 1,1%.

Aux Etats-Unis, les investisseurs prendront connaissance à 14h30 de l'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie en novembre et des inscriptions hebdomadaires au chômage. Les reventes de logements en octobre et l'indice des indicateurs avancés en octobre sont attendus à 16h.

Vers 12 heures, l'euro est quasi stable à 1,1075 dollar.